The Walking Dead : Lynn Collins en interview

A lire aussi

Pauline Brandt
Pauline Brandt
Avec un master de français moderne avec spécialisation en études théâtrales, un bachelor en français moderne et histoire et esthétique du cinéma, Pauline Brandt met en œuvre tout son savoir-faire pour promouvoir le cinéma.

A l’occasion de la sortie de la deuxième partie de la onzième et dernière saison de The Walking Dead, plusieurs acteurs du cast se sont prêtés au jeu de l’interview. Aujourd’hui, il s’agit de Lynn Collins, qui joue Leah. En visio depuis chez elle, avec fraîcheur et humour, elle nous parle de sa relation avec les fans et de son rôle dans la série.


La dernière fois que les spectateurs vous ont vue, à la fin de la saison 11A, vous faisiez s’abattre l’enfer sur nos héros. Je sais que vous avez reçu beaucoup de remarques lors de votre arrivée dans la série, parce que votre personnage était la relation amoureuse de Darryl. Est-ce que vous pensez que les fans vont se montrer plus tolérants avec vous dans cette suite de saison ?
Eh bien… Je crois qu’ils ne m’aiment toujours pas beaucoup ! C’est un personnage qui divise beaucoup. On ne l’aime pas quand elle prépare tranquillement à manger à la maison, mais on ne l’aime pas beaucoup non plus quand elle se montre combattante façon tueuse qui règne sur la chaîne alimentaire. Mais d’un côté, c’est excitant. Si vous ne l’aimiez ni dans l’un, ni dans l’autre, voilà de nouveaux épisodes où elle se montre encore complètement différente !

Est-ce qu’être la méchante vous a valu plus de réactions négatives que lorsque vous étiez la relation amoureuse de Darryl ?
Quand la saison 10 est sortie, on m’avait prévenue : ne te lance pas dans des discussions avec les fans. Et je l’ai quand même fait, un petit peu. Et là, j’ai compris… En fait, je ne sais pas vraiment. À vous de me dire – est-ce que vous avez préféré Leah comme femme au foyer ? Je ne sais pas, je ne peux même pas regarder ces épisodes, est-ce que vous y croyez ?

Que pouvez-vous nous dire sur le parcours de votre personnage durant cette première dernière partie de la dernière saison ?
D’abord, je souhaite juste rendre aux scénaristes ce qui leur appartient – parce qu’ils ont créé tellement de choses. Ils ont créé un parcours pour ce personnage – le genre de parcours que je n’avais jamais eu le plaisir d’explorer, même en tant qu’actrice qui travaille dans l’industrie depuis 25 ans. C’est inégalé. Bien sûr, Leah divise. C’est comme cette idée amérindienne selon laquelle chacun d’entre nous avons en nous un gentil loup et un méchant loup… Lequel choisissons-nous de nourrir ? Et pour Leah, nous devons la voir y réfléchir, prendre ces décisions. Sera-t-elle un gentil loup ou un méchant loup ? Finalement, je pense que c’est là qu’elle devient la plus dangereuse, parce qu’elle a perdu tous ceux à qui elle tenait. Elle est seule, et elle s’en veut. Elle est dans un état de profonde haine de soi et elle n’a plus rien à perdre. Cela fait d’elle un être humain très dangereux. C’est une combinaison dangereuse.

Nous avons eu un grand débat un soir, sur le plateau – c’était un soir où nous avons fini de tourner très tard. Quelque part, si on s’attarde sur ce que les héros ont fait… On peut se dire qu’il y a des méchants parmi eux également. C’est pour cela que cette série est si importante. Elle revient sur des fondamentaux – œil pour œil, dent pour dent. Ce que cette série nous montre est infiniment important.

Vous ne faites pas partie de la série depuis aussi longtemps que certains autres acteurs. Est-ce que cela change votre manière de voir la fin de la série approcher ?
J’ai eu l’impression de rejoindre la série en tant qu’actrice annexe, venue soutenir les personnages principaux. Même si je suis créditée en tant que personnage régulier, c’est le sentiment que j’ai. Venir pour les aider à terminer les arcs narratifs commencés pour leurs personnages respectifs… J’adore cette série, et quand j’ai rencontré Norman (Reedus), j’avais juste envie de l’aider à apporter un beau dénouement à son personnage. Je n’arrive pas à me représenter ce que c’est de jouer le même personnage pendant 11 ans. J’ai joué Leah pendant une année seulement, mais il y a déjà de drôles de manifestations physiques ou mentales qui se produisent. Par exemple – j’ai dû me remplumer. Elle est impressionnante, et moi je suis plutôt mince. J’ai dû prendre du poids pour la jouer. Il y a eu des moments de pause entre les tournages, où je perdais tout ce poids et je me demandais ce qui se passait. Et quand le tournage reprenait, je devais le retrouver. Il y a tellement de choses qui se produisent quand vous travaillez, en tant qu’acteur, à un niveau comme celui-ci. Si je devais en dire quoi que ce soit, c’est que je suis la plus chanceuse du cast de la série. J’ai pu arriver dans l’histoire, et tout ce que j’ai eu à faire c’est être présente et réceptive. Il a fallu être prête à échouer et m’humilier, être courageuse et faire de mon mieux. J’espère que je leur ai rendu justice – en particulier Norman et Lauren, qui ont dédié plus d’une décennie de leurs vies à ces rôles, à cette série. Je voulais juste leur donner tout ce que je pouvais.

Darryl vous a trahie deux fois. Est-ce que le fait qu’il ait pris Clebs (Dog) avec lui ne constitue pas l’insulte ultime ?
C’est très intéressant. Je me posais justement la question – les scénaristes sont toujours très appliqués et ont toujours conscience du moindre détail. Leah savait que Clebs était là. Quand les Faucheurs l’ont trouvée… Est-ce qu’ils ne voulaient juste pas prendre Clebs avec eux ? Pourquoi n’a-t-elle pas pu le prendre avec eux ? Je ne sais pas, c’est étrange et nous en avons beaucoup discuté. Dans un sens, Leah aurait abandonné Clebs, non ? Je ne sais pas, je ne sais pas ! Pour moi c’est une zone grise, un point un peu confus. Ca ferait une bon sujet, style « Tales of the Walking Dead : Qu’est-il arrivé à Clebs ? », on serait de retour avec les Faucheurs et Clebs aurait son propre épisode ! Il doit être assez traumatisé ce chien, non ?

Est-ce que vous saviez que vous alliez revenir dans la série depuis le départ, ou est-ce que ça a été une surprise pour vous ?
Quand j’ai accepté le rôle, Angela [Kang, l’une des scénaristes de la série] m’avait décrit tout l’arc de ce personnage, dès le départ, en 2020. Donc on ne savait pas exactement pas comment cela allait se terminer – Norman et moi avions abordé beaucoup de choses différentes. Je savais, dans les grandes lignes, que le pouvoir allait la changer. Une tension entre le pouvoir et l’amour allait être un élément central. Non pas que le pouvoir soit quelque chose de mauvais – mais cela allait entrer en contradiction avec l’amour, pour elle.

Les scénaristes ont leur idée, et nous, nous n’avons pas notre mot à dire. Parfois les fans s’énervent, s’exclament « Comment vous osez faire ça ?? », mais nous, nous n’avons pas le choix. Je dois prendre le script, et faire en sorte qu’il fonctionne. C’est ça, mon travail. Je ne suis pas une scénariste.

Est-ce que vos enfants ont déjà regardé ce que Maman fait à la télévision ?
Eh bien…  J’ai un enfant de 7 ans. Alors… c’est une question intéressante, parce qu’il aimerait avoir sa propre chaîne YouTube.  J’ai aussi un projet personnel, en ligne qui s’appelle The Good Woo, où je travaille avec des runes, par exemple. Je suis quelqu’un de très spirituel, je m’intéresse à la métaphysique. Alors, il me voit travailler là-dessus, faire des vidéos, et il se dit « ah, je veux faire ça aussi, je veux parler de cartes Pokémon ! » Mais en ce qui concerne la série – vous savez, dans la ville où l’on tourne, les zombies sont une attraction touristique. Il y a des personnes qui se déguisent en zombies et se promènent dans la ville. Mon fils avait peut-être 5 ans quand il a vu cela dans la première fois, il s’est dit – ça fait peur, mais c’est vraiment cool ! Je lui ai montré quelques épisodes, quelques passages – il adore Norman, vraiment, il l’adore, leurs anniversaires sont à deux jours d’écart. Disons qu’il comprend que les zombies n’existent pas, mais en même temps il les adore.  Il faut se poser la question de comment protéger les enfants d’Internet, de YouTube, de toutes ces choses – et c’est une bataille difficile.  J’étais une grande fan de la série jusqu’au moment de tomber enceinte, là je n’ai plus pu regarder. Lui, il me dit « je veux regarder », et moi je lui réponds « non, tu ne peux pas ! ». Parfois, je prends des photos de ce que nous faisons, et quand je rentre, mon fils me demande à les voir, me dit qu’il veut savoir ce que j’ai fait. Une fois, je lui en ai montré une – et il a éclaté en sanglots. Je lui ai répété que ce n’était pas pour de vrai, que c’étaient des effets spéciaux, mais il ne voulait plus voir ces images. Je pense que tous les parents ont ces questionnements. On veut pouvoir exposer nos enfants à ce qui se passe, et en même temps on souhaite les protéger. Je dois prendre cette décision tous les jours. Il est fier de sa maman, mais en même temps, je réfléchis au quotidien à comment le protéger, même s’il sait ce que je fais. Il m’a vue m’entraîner, boxer, me battre [Lynn Collins s’entraîne aux arts martiaux depuis son enfance], peut-être que ces compétences seront intéressantes quand il sera ado et qu’il voudra se mettre à sortir.

The Walking Dead
Réal. : Greg Nicotero/Alrick Riley/Michael E. Satrazemis
Acteurs : Andrew Lincoln/Norman Reedus/Jeffrey Dean Morgan/Danai Gurira/Lauren Cohan/Austin Amelio, Lauren Ridloff
Disney+

Cette interview a été réalisée dans le cadre d’une table ronde avec des journalistes du monde entier : les questions n’appartiennent pas toutes à Daily Movies.

- Publicité -

Violent Night

Fumer fait tousser

Good Luck to You, Leo Grande

Le Lycéen

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -