Le réalisateur des Indestructibles et de Mission Impossible: Ghost Protocol revient avec un film qui ne devrait convaincre que les moins de 15 ans.

Suite au succès des franchises dystopiques à la Hunger Games, Le Labyrinthe et autres The Giver, c’est maintenant au tour de Brad Bird (Ratatouille, Le Géant de fer) de s’y attaquer. Le constat risque d’être rapide : les pré-ados devraient apprécier le voyage proposé, alors que les personnes plus âgées seront balancées à gauche et à droite, tout en constatant que le scénario se fait prendre à son propre jeu.

L’histoire nous narre l’aventure de Casey Newton (Britt Robertson), fille intelligente et curieuse qui ne rêve que de sortir de sa vie monotone et partir dans l’espace. Son destin va être bouleversé lorsqu’elle recevra un pin’s qui lui permettra de voyager vers la ville futuriste de Tomorrowland. Dans cette quête, elle sera accompagnée par Frank (Georges Clooney), un ancien inventeur de génie, ainsi que par Athena (Raffey Cassidy). Ensemble ils vont tenter de percer à jour les mystères entourant cette ville et sauver la Terre de sa destruction imminente.

A la poursuite de demain

A la poursuite de demain

Dans une œuvre de science-fiction, l’originalité du monde fictif développé représente une part importante dans l’intérêt de celle-ci. Adapté de l’attraction homonyme présente dans certains parcs Disney, l’univers de A la poursuite de demain ne révolutionnera pas le genre : alors que la ville ressemble furieusement au château de Disneyland, le réalisateur n’exploite pas le potentiel du monde qu’il a à sa disposition. Pourtant quelques éléments plutôt sympathiques s’affichent lors de certaines scènes, tels que les robots antagonistes et leur panoplie de guerre.

Par contre, que dire du « formatage » du film selon les canons les plus éculés du genre ? Avec des aberrations, comme cette scène référençant directement Star Wars, Disney semble vouloir exploiter toutes les ficelles de sa nouvelle acquisition en faisant fi de la cohérence du monde original que le film illustre. Autre exemple de scène étrange : Casey découvre pour la première fois l’environnement de la nouvelle ville mais, dans ses déplacements, elle semble physiquement dépendante de son monde d’aujourd’hui : les murs présents la retiennent dans sa progression dans la ville futuriste. Cette idée développée durant de longues minutes manque parfois de cohérence et jouit d’un hasard bien arrangeant (Tomorrowland étant implantée dans un vaste champ).

A la poursuite de demain

A la poursuite de demain

Sur un plan purement technique, le film est sans vrai reproche. L’univers est malheureusement plus cohérent que les acteurs : le duo George Clooney et Hugh Laurie ne convainc pas. On sent qu’ils ne croient pas vraiment à leur rôle et ne parviennent pas à gagner l’adhésion du spectateur. Le résultat est donc une morale écologique, distillée durant plus de deux (longues) heures, qui trouvera sans doute son public, mais qui aura beaucoup plus de mal à convaincre au-delà. Dommage que Disney se contente de ce seul créneau pour ses films destinés au pré-adolescents.

Tomorrowland
(A la poursuite de demain)
De Brad Bird
Avec Britt Robertson, George Clooney, Hugh Laurie
Walt Disney
Sortie le 20/05