Lucie et Gérald Gumy ont perdu leur fils unique âgé de 22 ans seulement, dans un accident en 2008. Une perte douloureuse et cruelle qu’ils ont voulu dévoiler à travers un documentaire fort et intense, mais comment s’en sortir avec cette immense douleur ?


Être parent et le plus merveilleux des cadeaux que la nature peut nous faire. Voir grandir et devenir quelqu’un, c’est tout ce que souhaite un bon parent, mais lorsque ce parcours est coupé brutalement, la vie s’arrête brusquement et le lendemain semble interminable. Des moments très durs à vivre qui souvent sont difficiles à expliquer. En effet, comment expliquer l’injustice de perdre l’être tant aimé que lʹon a mis au monde ? Cʹest à cette difficile question que tente de répondre le réalisateur Nasser Bakhti dans ce film documentaire simplement et efficacement appelé : « Un ange passé trop vite« . Le documentaire dresse le portrait d’un couple qui se retrouve face à cette réalité brutale et propose une exploration sur le chemin du deuil.

Produit par Troubadour Films, le film documentaire débute avec des images fortes en émotion et pour cause, ce sont les dernières images du jeune homme, prises le 18 mai 2008, quelques minutes avant sa disparition. « En faisant ce film, j’ai découvert que parler de la mort qui fait partie intégrante de la vie est simplement tabou. Il y a une sorte d’anesthésie générale à l’égard de la douleur provoquée par la perte d’un être cher, la nôtre et celle des autres. Cette tendance nous pousse à nous fermer les yeux, à nous boucher les oreilles et à vivre notre douleur seuls et en silence. Ce film, je l’espère, nous aidera à ouvrir les yeux et à tendre l’oreille pour écouter, voir et partager la douleur et la joie qui s’expriment en nous et chez les autres. Pour moi, évoquer et partager sa douleur sont garants du non-oubli de la personne aimée… et peut-être le signe des premiers pas vers la lumière, vers la reconstruction des êtres endeuillés… », confie Nasser Bakhti, le réalisateur et producteur suisse qui a connu personnellement le jeune homme de 22 ans, Johann.

Dans ce documentaire, on découvre également le parcours d’autres couples ayant perdu un enfant et qui se retrouvent au sein de l’association Arc-en-Ciel. Des témoignages émouvants qui nous aident à comprendre à quel point la douleur d’une perte cher peut briser, et même parfois diviser une famille entière.

Un ange passé trop vite
CH   –   2018   –   Documentaire
Réalisateur: Nasser Bakhti
Troubadour Films
06.02.2019 au cinéma

"Un ange passé trop vite" : comment expliquer l'injustice de perdre l'être tant aimé ?
4.0Note Finale