3.3 C
Munich
lundi, février 26, 2024
- Publicité -

Un « Echo » qui tient la route et évolue plutôt bien

Laurent Billeter
Laurent Billeter
Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

Mini-série de 5 épisodes dérivée de celle d’ « Hawkeye », « Echo » est la toute 1ère a intégré le nouveau label « Marvel Spotlight » qui réunit des productions plus intimistes, violentes et pas forcément liées au fameux « MCU ». De ce fait, « Maya » & Cie s’avère bien gérée et intense.


Suite aux révélations données par Œil-de-Faucon relatives à Wilson Fisk, Maya continue sa vengeance mais en dehors de New York. Elle se rend donc au sein de sa ville natale, en plein Oklahoma. L’occasion de renouer avec ses racines amérindiennes et d’affronter son passé, tout en menant ses différentes opérations liées à ses désirs et contre ladite mafia. Cependant, même si son vécu n’est pas rose et malgré sa prudence afin d’éviter ses proches, ses antécédents la rattraperont d’une manière inattendue. Surtout par rapport à Bonnie… En outre, quelles sont ces images qu’elle ressent et cette espèce de lumière émanant d’elle ? Tant de questions en si peu de temps… Car d’une certaine manière, les activités nébuleuses de la Grande Pomme fluctuent…

Cela fait un peu plus de 20 ans à présent que « Maya Lopez », alias « Echo » fut créée au sein de « Marvel Comics » par l’écrivain David W. Mack et le dessinateur Joe Quesada. Apparue la 1ère fois aux côtés de « Daredevil », l’Amérindienne est atteinte de surdité, mais elle a toutefois certaines autres facultés quant au personnage de la mini-série.

Brutal, plutôt violent et tourné en majeure partie en décors réels en Géorgie et à Atlanta, la communauté Amérindienne Chactas, ou Choctaws, est plutôt bien représentée dès le 1er épisode. Qu’il s’agisse de leurs traditions, coutumes et mode de vie.

Outre de beaux décors, les dialogues s’avèrent fréquemment abrupts, efficaces et mordants. Discussions très différentes des habitudes cinématographiques d’ailleurs. Car cette fois-ci, la production a décidé de respecter la manière d’échanger de l’anti-héroïne : par le langage des signes.

S’ils sont toujours traduits respectueusement et d’une manière logique quant à l’histoire, l’équipe scénaristique (composée d’une dizaine de personnes) décida également de se conformer au véritable handicap physique de la comédienne principale, Alaqua Cox (« Hawkeye »). Soit, l’utilisation de sa jambe prothétique suite à son amputation.

Une prouesse, car en plus d’être réellement Choctaw et infirme partielle, l’actrice a tenu à exécuter la plupart de ses cascades. Cela s’en ressent d’ailleurs, même si à la base, elle intégra plusieurs équipes sportives et reçut la précieuse aide de son frère dans ce but.

Il est évident qu’Alaqua Cox porte très bien la série, ce malgré un dernier épisode trop court et pas assez cruel. Il en va de même par rapport à ses collègues et plus spécialement, Vincent D’Onofrio.

En effet, endosser son rôle ne s’avère pas aussi simple qu’il ne paraît. Certes, incarner les méchants a toujours plu à davantage de comédiennes et comédiens car le jeu demeure plus riche, intense et complexe. La situation est donc identique entre Vincent D’Onofrio et son personnage dans « Marvel », « Wilson Fisk ».

S’il avait déjà interprété plusieurs personnages retords, à l’exemple de « Jurassic World » ou de « Men In Black », ce protagoniste au niveau des comics et des fictions à venir, a mené et mènera la vie dure à certain-e-s super-héros-héroïnes. Il est désormais annoncé comme central et normalement, autant cruel que possible.

Pour en revenir à la courte série réussie « Echo », le duo susmentionné (« Lopez-Fisk ») n’est pas le seul à laisser une plus-value au sein de la trame plutôt dramatique et sombre.

La plupart des rôles secondaires, du mythique couple de « Danse avec les loups » au travers de Tantoo Cardinal et Graham Greene aussi présent pour soutenir « Maya », ou au travers de Chaske Spencer (« Jessica Jones »), le font également bien et amènent différents éléments à l’intrigue centrale, de façon judicieuse.

Néanmoins, « Echo » n’est pas la meilleure série du « MCU » depuis l’existence de la plateforme « Disney + ». Elle respecte mieux les règles et l’histoire des comics, mais il lui manque encore une note de spécificité, même si elle se démarque déjà très bien au travers de l’anti-héroïne.

Contrairement à d’autres réalisations « marveliennes », cette production télévisée ne s’adresse pas aux plus jeunes pour les raisons évoquées. Elle plaira toutefois à davantage d’amateurs-trices, connaisseurs-euses ou aficionados de la franchise, que certaines récentes productions. Et ce, malgré les rares polémiques liées à « Echo ».

Echo
USA – 2023
Durée: environ 43 min par épisode
Action, Aventure
Réaisatrices: Sydney Freeland, Catriona McKenzie
Avec: Alaqua Cox, Vincent D’Onofrio, Tatoo Cardinal, Graham Greene, Devery Jacobs, Dannie McCallum, Morgingstar Angeline
10.01.2024 sur Disney +

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -