Whiplash De Damien Chazelle

Whiplash De Damien Chazelle


Malgré sa forte réputation, Whiplash ne déçoit pas. Une œuvre intense sur les ambitions personnelles, ponctuée de séquences musicales électrisantes.


Après la prestigieuse carrière du film de Damien Chazelle en festivals (Sundance, Cannes, Toronto), il tardait de pouvoir découvrir cette œuvre fortement appréciée par le public et par la critique. Le second long-métrage du jeune réalisateur américain répond à toutes les attentes puisqu’il jouit d’une éclatante intensité, à la fois frénétique et fugace qui, malgré la noirceur du propos, devrait conquérir la plupart des spectateurs.

Batteur dans l’âme, Andrew a la chance d’avoir été admis dans une prestigieuse école de musique new-yorkaise. Ambitieux mais non sans talent, il répète jour et nuit dans le but de s’améliorer, avec l’espoir de rejoindre la troupe musicale de M. Fletcher, l’un des professeurs les plus réputés de l’école. Il apprendra à ses dépends que Fletcher tient son excellence de son exigence et de sa rigueur redoutables.

Dès la scène d’ouverture, Chazelle dépeint la relation conflictuelle qui lie ces deux personnages et qui va   structurer l’ensemble du récit. Du fond d’un couloir, un travelling avant montre le jeune Andrew s’entraînant seul sur sa batterie. Il est si appliqué qu’il ne remarque pas la présence soudaine d’un homme qui le regarde – et que l’on apprend postérieurement être Fletcher. Autoritaire, ce dernier l’engage sèchement dans une discussion, suite à quoi il demande au batteur de répéter ses bases. Alors qu’Andrew s’exécute, Fletcher disparaît, son apparent intérêt s’étant alors transformé en dédain exacerbé.

Whiplash De Damien Chazelle

Whiplash De Damien Chazelle

Le rapport entre ces deux personnages, fait de frustrations et de provocations, incarne la dynamique qui anime Whiplash dès cette première séquence et jusqu’à son final exultant. La particularité du film réside ainsi dans la représentation de ses protagonistes, proches de l’antipathie et guidés par cette pulsion créatrice, se stimulant mutuellement dans cette quête de la perfection. Paradoxalement, c’est à travers cette dialectique que le réalisateur parvient à développer l’humanité d’Andrew et Fletcher, nécessaire au spectateur pour éviter toute désolidarisation de leur cause.

D’une certaine manière, Chazelle prolonge une thématique abordée par Richard Linklater dans Boyhood – sorti cette année également –, dans lequel le protagoniste adolescent (Mason) souhaite dédier son avenir professionnel à l’art. Au cours d’une séquence, un enseignant confronte Mason à ses idéaux, le professeur essayant de lui faire comprendre que l’excellence artistique fait office d’exception. Dans Whiplash, Andrew veut prouver que c’est lui l’exception, comme le démontrent ses ambitions qui contrastent nettement avec la vocation naïve de Mason.

Cette détermination affirmée d’Andrew empêche le film de verser dans les clichés que le récit archétypal aurait pu laborieusement reproduire. Chazelle déjoue les attentes au cours de scènes puissantes, le récit emmenant le spectateur vers des horizons indéterminés. La relation qu’Andrew entretient avec Nicole – une fille rencontrée dans un cinéma où il se rend régulièrement avec son père – illustre la pertinence avec laquelle le réalisateur désamorce les possibles prévisions spectatorielles.

Whiplash De Damien Chazelle

Whiplash De Damien Chazelle

Enfin, c’est surtout dans son rapport à la musique que Whiplash éblouit. Avec sa mise en scène millimétrée, Chazelle propose un découpage méticuleux où chaque instrument de musique – voire portion d’instrument – s’inclut dans l’orchestration méthodique de sa réalisation. En découle une intensité, autant relative aux compositions qu’aux enjeux des protagonistes qui, associée à la grande rythmicité du montage, provoquent des séquences étourdissantes de réussite, à l’image de la séquence finale, un véritable morceau de bravoure qui laisse pantois.

Whiplash
De Damien Chazelle
Avec Miles Teller, J. K. Simmons
Sortie le 24/12

Retrouvez par ici l’un de nos rédacteurs qui était l’invité de GRRIF pour parler du film WHIPLASH