Parodie ou western sérieux qui cumule les maladresses ? La question mérite d’être posée tant ce film malgré des intentions louables frise régulièrement la caricature. Ajoutons à cela des comédiens pas vraiment au sommet de leur art et il en résulte un long-métrage quasi-comique bien que cet effet n’ait sûrement pas été celui recherché.


 Dans les bonus inclus dans cette édition Blu-Ray, Bertrand Tavernier et Patrick Brion (historien de cinéma), parlent longuement de ce qui fit la réputation de ces 100 fusils et qui a aussi choqué au moment de sa sortie, à savoir la relation torride entre une femme blanche et un homme noir, fait très rare pour l’époque. Si nous avions commencé le visionnage du disque par cette partie, peut-être serions-nous déjà avertis de ce qui nous attend, car il est bien triste de constater qu’à l’exception de cet élément surprenant, le reste est pour le moins terne voire carrément ennuyeux ou alors hilarant, selon l’angle de vue adopté.

 L’histoire : Mexique, au début du 20ème siècle, un voleur de banques et un shérif noir s’allient, pour aider le peuple Yaqui contre l’armée mexicaine et un général particulièrement tyrannique et sans pitié. Pour ce faire, ils dévalisent une compagnie américaine de chemin de fer afin de pouvoir acheter une centaine de fusils. A eux, se joint la jeune et sexy Sarita dont le père a été exécuté par des soldats de cette même armée.

100-fusils-2

 Les scénarios d’western ne sont pas souvent très alambiqués et l’histoire reste généralement prévisible. Mais ce qui en fait des références cinématographiques c’est la mise en scène, les décors, le côté épique, les duels yeux dans les yeux (chers à un réalisateur comme Sergio Leone), une impression d’être transporté à une époque où pour un simple regard de travers, on pouvait se faire abattre sans ménagement.

 Dans l’œuvre écrite et réalisée par Tom Gries, rien de tout cela ne transparaît, la mise en scène cumule les incohérences, le côté épique est remplacé par des décors et costumes bon marché sans oublier des stéréotypes parfois tellement énormes que l’on se croirait dans une BD de Lucky Luke.

 Pour terminer sur une note positive, il faut remarquer un magnifique transfert sur Blu-Ray, notamment une image d’une qualité tout à fait remarquable pour un film tourné il y a plus de 40 ans. A défaut de qualités artistiques, au moins du point de vue technique, nos yeux pourront apprécier la plastique de Raquel Welch, finalement la (presque) seule raison qui nous poussera à passer deux heures devant ce triste spectacle.

  • les 100 fusils blurayDe Tom Gries
  • Durée : 1h48
  • Bonus : Présentation de Bertrand Tavernier (20 min) et Patrick Brion (7min)
Les 100 fusils : tous enrayés
1.5Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)