Tambour Battant est un festival multidisciplinaire qui inclut danse, concerts, expositions d’art africain, cinéma et plus encore.


Le rendez-vous à ne pas manquer pour découvrir ou redécouvrir les cultures de ce continent bouillonnant ! L’édition 2013 nous gâte avec Manu Dibango en guest-star, s’il vous plaît !

Le festival, placé sous le signe de l’interactivité, nous propose de nombreux stages et atelier, workshops musicaux et débats. Notre œil a été particulièrement attiré par le débat « Là où tu vis, c’est là-bas chez toi ! », qui traite de l’intégration des entrepreneurs et travailleurs d’origine africaine dans le tissu économique genevois. Sur une idée originale de la journaliste et juriste tchadienne Frank Kodbaye, un court-métrage filmé par Jean-Dominique Deweck (cameraman-reporter à la TSR) introduira la discussion.

La programmation cinéma quant à elle sera dense, concentrée sur le week-end du 7 et 8 décembre, au cinéma du Grütli. Heureusement, les films seront projetés à deux reprises, donc si une séance ne s’insère pas dans votre agenda chargé, il sera possible de vous rattraper ! Au programme, quatre films sont à voir ou à revoir, parmi lesquels, «La pirogue » du réalisateur Moussa Touré. Traitant de l’immigration clandestine, ce film poignant avait séduit le festival de Cannes dans la section «Un certain regard ». « Daily Movies » avait eu d’ailleurs le plaisir de s’entretenir avec le réalisateur (n°38 de novembre 2012).

Autre film projeté et de nombreuses fois célébré dans les festivals internationaux (Etalon d’or au Fespaco 2013, LE festival de cinéma africain), «Tey » de Alain Gomis, un film autour du musicien et poète Saul Williams qui fut révélé en 1998 avec « Slam ».

8ème Festival Tambour Battant 2013 - Manu Dibango

8ème Festival Tambour Battant 2013 – Manu Dibango

Enfin deux documentaires finiront de nous ancrer dans le réel : « Paris mon paradis », d’Eléonore Yaméogo, qui traite les espoirs et les désillusions de l’exil et « Sur les traces du caméléon » de Krysia Dowmont Perro, un hommage à Paco Yé, danseur et compositeur burkinabé. Après la projection de samedi, le groupe Djélifoly proposera un concert de reprises du musicien. Soulignons en outre que les deux films seront projetés en présence de leurs réalisatrices, une occasion unique de poser vos questions sur les conditions d’existence du cinéma africain.

8ème Festival Tambour Battant
Genève
Du 28/11 au 08/12

www.tambourbattant.ch