Au cœur du désert du Nevada aux États-Unis, se loge la célèbre ville de Las Vegas, synonyme de faste, de casinos, d’argent facile, de spectacles grandioses, de plaisirs interdits et de rêves de liberté. Avec le documentaire « Above and below« , nous suivons un temps la vie précaire de Lalo, Dave, Cindy et Rick, SDF officiels. Chacun a pris possession d’un habitat qui lui correspond (Dave), qui veut bien l’accueillir malgré l’inconfort (Lalo) ou qui lui procure un havre de paix très éphémère (Cindy & Rick). Pour April, qui a choisi de s’entraîner pour une vie de colon sur Mars, c’est une autre paire de manches.



Toutes ces vies racontent une partie de leur apprivoisement de la solitude sociale qu’ils vivent au quotidien, résultat systématique d’une existence désabusée. Nouvelle génération de documentaire qui relève plus du reality-show que de la démarche fouineuse et endiguée généralement présente dans ce genre de cinéma, c’est vrai que c’est une vrai bouffée d’air frais. Les protagonistes semblent évoluer au gré du vent et de leurs humeurs. Cela dit, le montage a, bien évidemment, dû laisser de côté des parties jugées moins intéressantes.


Il serait sociologiquement instructif de voir le document en version longue avec moins de « morceaux choisis ». Le bémol est que les scènes de tournages sont exclusivement américaines, sauf si le réalisateur a pour projet de tourner un comparatif par pays ou au moins par portion de continent. Une vision de la liberté, de la prise en main de son destin de manière moins conventionnelle, mais à l’américaine, donc biaisée, voilà ce que montre ce long-métrage. Les paysages extérieurs sont magnifiques, dans le désert, tout semble mille fois plus intense. Finalement, on n’y apprend pas grand chose de nouveau, à moins de vivre avec le regard rivé sur son smartphone et sa télé HD…ah ! Mais oui ! C’est ça, en fait. Bon réveil à vous dans ce cas.

Réalisateur: Nicolas Steiner
Distributeur: Praesens

 

«Above and below» : Une visite guidée de la solitude
3.0Note Finale

Articles similaires

Laisser un commentaire