De nombreuses animations japonaises sont diffusées chaque année à ce festival. Qu’il s’agisse de courts ou de long-métrages, difficile parfois d’en percevoir un coup de cœur. Pourtant, ce fut mon cas pour le magnifique et poétique « Okko et les fantômes ».


Okko, en réalité appelée Seki Oriko, est une fille très joviale et toujours motivée dans ses activités. Suite à un grave incident familial, elle aide sa grand-maman du mieux qu’elle peut dans la gestion du centre SPA familial tenu depuis plusieurs générations. Cette dernière espère que sa petite-fille prendra le relai. Entre l’entrain qu’ « Okko » ressent pour aider sa mamie au centre et sa présence à l’école du village, elle ne chôme pas. Mais le plus étrange provient de l’aide que d’étranges fantômes lui offrent. D’ailleurs, ils semblent ne pas être les seuls êtres particuliers en ces lieux ancestraux…

Lors de cette diffusion, la présence du réalisateur permet d’un peu mieux comprendre son travail grâce à ses explications et aux traductions l’interprète. Nous apprenons notamment que le projet a débuté en 2012, que l’image dessinée par le metteur en scène est devenue l’affiche officielle et que le concept a rapidement séduit les producteurs.

Kitarô Kôsaka n’est certes pas reconnu en Europe et probablement aux Etats-Unis, pourtant son travail l’est beaucoup plus. Car cela fait de nombreuses années qu’il collabore au sein des studios japonais Ghibli. Les créateurs même des mythiques « Mon voisin Totoro » ou plus récemment « Le Vent se lève ». « Okko et les fantômes » est sa 4ème réalisation et est tout simplement formidable.

Car « Okko » n’est pas une petite fille comme toutes les autres. Ses différentes rencontres le prouvent d’ailleurs, qu’elles soient humaines ou plus fantomatiques. Son apprentissage de la vie lui coûtera énormément, mais son endurance, sa force de vie et ses instincts la rendront aussi extrêmement forte intérieurement.

L’environnement où vit sa mamie est également très sain et grâce aux graphismes de l’équipe technique, les décors intérieurs et extérieurs ajoutent un charme authentique. Les personnes qu’elle côtoiera ont également toutes des particularités. Comme la jeune femme médium adorant le shopping. Ou encore l’ennemie très prétentieuse cachant un drame familial derrière son masque.

« Okko et les fantômes » est une œuvre cinématographique où la magie du moment présent, les traditions et l’intuition se mélangent avec facilité dans la vie de « Seki ». Le film s’adresse clairement à un large public, même si certains moments peuvent être difficilement compréhensibles pour les enfants. Il se dégage de cette animation une véritable douceur et le public se sentira très bien à la fin du visionnage. De plus, les thématiques abordées sont à la base lourdes et pénibles, mais travaillées et filmées avec énormément de légèreté. « Okko et les fantômes » est sans prétention et permet de passer un excellent moment en famille.

Okko et les fantômes
De Kitaro Kosaka
Avec acteurs inconnus
Genre Animation
Nationalité japonais
Date de sortie Prochainement (1h 35min)

Festival international du film d’animation à Annecy 2018 : « Okko et les fantômes »
5.0Note Finale