Felix Van Groeningen auréolé du succès d’Alabama Monroe (César du meilleur film étranger 2014), propose pour son nouveau long-métrage de nous  immerger dans une fresque familiale où deux frères vont unir leurs forces pour mener au zénith le bar Belgica afin que ce dernier devienne « the place to be » de toute la ville de Gand.


Mais entre Jo, le célibataire, calme et lucide et Frank, le grand frère, père de famille au tempérament bien trempé et capable de réactions imprévisibles, le triomphe fulgurant du bar va avoir des répercussions pour le moins diverses. Frank perd peu à peu pied avec la réalité et plonge la tête la première dans les joies procurées par cette réussite éclair au détriment de sa famille tandis que Jo se voit dans l’obligation de prendre des décisions pas toujours agréables afin qu’un futur, leur futur continue d’exister. C’est ainsi que l’avenir du Belgica se retrouve bien compromis tout comme la vie personnelle des deux frères.

Résumer ce film à l’adage « sexe, drogues et rock’n’roll » serait passablement réducteur bien qu’il en soit une sorte de fil rouge.  La montée vers les hautes cimes de ce bar où l’ambiance très rock’n’roll, – grâce notamment à une bande-son d’excellente facture – va faire tourner la tête de certains protagonistes et les paradis artificiels et le sexe facile ne seront qu’une partie des effets.

Néanmoins, au-delà de cette maxime, Belgica est surtout une mini-épopée que n’aurait pas reniée un Coppola ou un De Palma, qui montre combien la réussite peut parfois avoir des conséquences désastreuses lorsqu’on n’est pas prêt à la gérer et combien il est facile de céder aux tentations au détriment de toute lucidité.

Avec une excellente mise en scène et des acteurs qui semblent vivre leur rôle comme si leur vie en dépendait, Belgica est une très belle prouesse que l’on aimerait voir un peu plus développée notamment certains personnages secondaires qui auraient mérité un traitement plus approfondi et une fin qui est quelque peu bâclée alors qu’il y aurait encore de quoi faire pour montrer comment se remettre après avoir touché le fond. Peut-être un acte intentionnel du réalisateur qui préfère nous laisser imaginer l’avenir de cette « place to be », véritable miroir de la vie de Frank et Jo ?

Belgica

Belgica
De Felix Van Groeningen
Durée : 2h06
Avec : Tom Vermeir (Frank), Stef Aerts (Jo), Helène de Vos (Marieke)
Bonus : Création du logo Belgica ; Clip de The Shitz – How Long
Impuls

 

Belgica : l’euphorie du succès et ses conséquences
4.0Note Finale