« Can You Ever Forgive Me? » est un biopic réalisé par Marielle Heller qui passa presque inaperçu dans les pays francophones ; le film sait pourtant se démarquer par une histoire étonnante et des acteurs remarquables. Éventuellement un peu long pour le sujet traité, mais il s’agit sans conteste là d’un film auquel vous allez repenser.


« Can You Ever Forgive Me? » raconte l’histoire incroyable (et c’est peu dire) de Lee Israel, une biographe qui connut de modestes mais néanmoins respectables heures de gloire durant les années 1980 en écrivant les biographies de personnalités comme Katharine Hepburn ou encore Estée Lauder ; mais c’est en 1991 que commence le film, et Lee Israel est forcée de constater que ses livres ne se vendent plus autant que par le passé. Pire que cela, son agente littéraire ne répond presque plus à ses appels et tente tant bien que mal de la dissuader d’écrire une énième biographie qui n’intéresserait qu’un public très restreint. Rencontrant de plus en plus de problèmes financiers, Israel tente de vendre le plus possible ses effets personnels, jusqu’au jour où elle tombe par hasard sur une lettre de Fanny Bryce (l’actrice dont laquelle elle écrit la biographie) à la bibliothèque, qu’elle vend aussi, pour une somme plus que respectable. Ayant été, à maintes reprises, acclamée pour sa capacité à disparaître derrière le sujet de ses livres, et connaissant tant de choses sur cette actrice ainsi que d’autres célébrités de cette époque, une idée plus que saugrenue germe dans son esprit : vendre des contrefaçons de correspondance de personnalités du monde littéraire. Israel s’attèle très rapidement à la tâche, mais les ennuis ne tardent pas à venir pointer le bout de leur nez, et même les faussaires les plus doués ne sont pas infaillibles…

Au-delà du pitch qui est plutôt original (et pour le moins surprenant, j’ai l’impression d’apprendre l’existence d’arnaques ou de casses célèbres tous les jours), « Can You Ever Forgive Me? » est une très touchante fenêtre sur la vie gardée secrète de Lee Israel. C’était une femme dure en apparence qui a dû faire face au déclin, au rejet du monde de l’écriture et qui a fini par trouver une énorme succès en se faisant passer pour d’autres auteurs. Un talent certain et vif, mais probablement maintenu en retrait par une peur de se montrer et d’échouer ; des sentiments auxquels l’on peut tous s’identifier d’une manière ou d’une autre. Israel est un personnage très touchant, mais le film n’exploite peut-être justement pas assez ce côté du récit : plus développer ses relations avec ses proches aurait rendu ce long-métrage sans doute encore plus prenant.

Certaines scènes sont très intelligentes et le film rentre dans l’étrange catégorie des films mettant en scène des arnaqueurs ou criminels : l’on veut les voir réussir alors que l’on sait que l’on ne peut pas les encourager moralement, et l’on sait d’autant plus que cela ne peut pas réellement bien se terminer pour eux. On s’attache à eux, probablement parce que la fin justifie les moyens, mais aussi parce que l’on comprend sans doute tous ce que cela fait d’être poussé à bout et de ne plus trop savoir quoi faire pour accéder à un quelconque bonheur.

Melissa McCarthy, bien plus connue pour ses rôles comiques (« Mes meilleures amies », « Spy », « SOS Fantômes ») est absolument fantastique, et l’on ne peut qu’être reconnaissant qu’elle ait été choisie pour un rôle si détonnant avec le reste de sa carrière : tout en restant simple et réaliste, elle incarne avec justesse Israel, et fait d’elle ce personnage si touchant. Richard E. Grant (« Hudson Hawk, gentleman et cambrioleur », « Downton Abbey ») la rejoint pour former un duo qui fonctionne à merveille, sans qu’un n’éclipse l’autre.

« Can You Ever Forgive Me? » nous montre encore une fois que le cinéma américain n’est pas qu’explosions et buildings en feu, il sait aussi taper fort en produisant des films intimistes qui racontent l’histoire de « vrais » gens aux actes certes extraordinaires, mais au quotidien et aux tourments comme on en connaît tous.

Can You Ever Forgive Me?
US – 2018 – 107min
Biopic
Réalisé par Marielle Heller
Avec Melissa McCarthy, Richard E. Grant
20th Fox

 

"Can You Ever Forgive Me?" : fausses lettres, vrai film
4.0Note Finale