La nouvelle réalisation d’Adam Shankman est très décevante, faute à un humour décalé et des personnages burlesques.


L’humour européen et américain est bien différent, «Ce que veulent les hommes» en est une fois de plus la preuve.

Le scénario du film est intéressant, il met en scène une businesswoman dans le monde du sport professionnel. Ali Davis, l’héroïne de cette histoire, a un gros complexe. Elle est persuadée que sa féminité l’empêche de progresser. En effet, les hommes occupent les positions hiérarchiques les plus hautes dans le domaine où elle travaille.

Moquée et mise à l’écart des gros projets malgré d’excellentes capacités, la jeune femme joue des coudes pour se démarquer des ses collègues et cherche à dénicher de nouveaux contrats, en vain.

Un coup du sort va pourtant changer la donne. Lors d’un enterrement de vie de jeune fille, Ali fait la connaissance d’une femme à la fois coiffeuse, voyante et chaman. Celle-ci lui prédit un avenir glorieux avec de nombreux changements à la clé. Victime d’une commotion cérébrale durant la soirée très arrosée, la jeune célibataire se réveille le lendemain à l’hôpital doté d’un don exceptionnel. Elle peut désormais entendre ce que pensent intérieurement les hommes… Cette nouvelle capacité est un avantage indéniable pour son travail, mais cela s’avérera aussi être un inconvénient de taille pour sa vie privée !

Bien lancée, cette production atteint vite ses limites. On retrouve les travers habituels des comédies américaines. Des lourdeurs, des acteurs qui surjouent leur rôle, un langage vulgaire et un humour bas de gamme.

En 2017, Les studios Paramount ont annoncé l’accélération du remake «What women want» de Nancy Meyers sorti sur les écrans en 2000. L’actrice Taraji P. Hnson (Empire, Les figures de l’ombre, Person of interest) a été sélectionnée le 14 novembre 2017 pour tenir le premier rôle de cette comédie. On a alors demandé au réalisateur, Adam Shankman (34 ans de carrière et 75 films tournés) de créer la mise en scène du film. On lui doit également les chorégraphies de films aussi divers que Scream 2 (1997), Une vie moins ordinaire, Fourmiz (1998), Boogie Nights ainsi que Mission to Mars (2000).

Pour compléter un casting, déjà bien rempli, le cinéaste a choisi Max Greenfield (New Girl, The neighbourhood) et Tracy Morgan (The Last O.G., Why stop now).

Le scénario du film rappelle fortement celui de «Menteur-Menteur» qui mettait en scène, il y a quelques années, l’acteur Jim Carrey dans le rôle d’un avocat orgueilleux et menteur. Contrairement à ce succès de l’époque, ce film n’atteint pas le degré de finesse nécessaire pour intéresser les européens. Les grimaces de l’actrice et les situations burlesques se multiplient et finissent par masquer une idée pourtant intéressante. Dommage !

Ce DVD disponible en diverses langues, contient deux bonus: les scènes coupées et le bêtisier présentées par le réalisateur, Adam Shankman.

Ce que veulent les hommes
USA – 2019 – 117 minutes
Réalisateur: Adam Shankman
Scénaristes: Alex Gregory, Peter Huyck & Nacy Meyers.
Avec: Taraji P. Henson (Ali Davis), Aldis Hodge (Will), Josh Brener (Wallace), Richard Roundtree (Skip Davis), Tracy Morgan (Joe « Dolla » Barry), Wendi Mc Lendon-Covey (Olivia), Tamala Jones (Mari), Phoebe Robinson (Ciarra), Max Greenfield (Kevin), Jason Jones (Ethan), Chris Witaske (Eddie), Brian Bosworth (Nick), Kellan Lutz (Captain Fucktastic), Shane Paul McGhie (Jamal Barry), Kausar Mohammed (Jenna Abbiddi), Charles Green (Dr Wilson) & Mystie Smith (Denise).
Rainbow

"Ce que veulent les hommes" : Déjanté mais pas drôle !
2.0Note Finale

A propos de l'auteur

Le cinéma est un lieu merveilleux, on y trouve de tout: des comédies (mon genre préféré), des films d'auteurs (que j'apprécie pour leur diversité), des documentaires plus ou moins passionnants, des blockbusters et d'autres types de films. Fan du cinéma français et des pays latins, j'en ai fait ma spécialité. Rédacteur depuis de nombreuses années, j'aime partager mes connaissances et découvertes. «Le cinéma est fait pour tous ceux dont la curiosité est le plus grand défaut» Claude Lelouch

Articles similaires