Le duo des “Guillaume” peine malheureusement à convaincre, malgré une esthétique chatoyante et la belle plume des dialogues.

Cézanne et moi

L’un, Paul Cézanne, l’autre, Emile Zola, le mélange des deux: une enfance pleine de péripéties candides et de ballades bucoliques, une adolescence au tempo d’aventures lascives et d’ambitions artistiques, une vie adulte parsemée de regrets, de folie, de rencontres et de séparations, de nostalgie. Ce long-métrage retrace la vie des deux grands artistes, celles du peintre et de l’écrivain, qui furent toujours amis en dépit de leurs avis divergents, de leurs goûts en matière de gente féminine, de leurs ambitions et désirs. Le scénario, on ne peut plus gaulois, insiste évidemment sur les périodes sombres des compères : trahisons, déceptions et amertumes, la vie d’artiste ne semble décidément pas seoir à tout un chacun. Le spectateur est face à une intrigue qui n’en est pas vraiment une, plutôt une histoire qui oscille entre retrouvailles et ruptures, entre les résignations de Canet et les crises d’inspiration artistique de Gallienne ; il semble qu’on en ait vite fait le tour.

Ce sont principalement ces répétitions scénaristiques qui lassent le spectateur et le font languir d’un moment de vraie crise au sein de cet univers bobo et cyclique. Canet et Gallienne ont tous deux fait leurs preuves chacun de leur côté, mais, réunis, ne font pas un si bon ménage et donnent un sentiment de film franco-français un peu agaçant. On laisse néanmoins à l’image ses cadrages judicieux des beaux paysages du sud du pays, dépeints avec simplicité, contrastes et délicatesse, et qui, eux, ravissent l’œil averti. L’oreille, elle aussi, a droit à quelques plaisirs, avec des joutes verbales bien écrites et des dialogues littéraires, certes, mais qui fonctionnent et font replonger avec plaisir dans cet autre siècle, celui du XIXe, des Maupassant, Pissarro, Renoir et autres Manet.

La volonté de réunir les deux Guillaume dans un même film questionne sur les choix de casting, sur la direction d’acteurs et/ou simplement sur le déploiement du scénario, et laisse finalement un goût d’espoir déchu sur les lèvres qui chuchotent un « bien essayé ».

 

  • Cézanne et moi
  • De Danièle Thompson
  • Avec Guillaume Canet et Guillaume Gallienne de la Comédie Française
  • G Films
“Cézanne et moi” : ah, la vie d’artiste…
2.5Note Finale