Saint Amour

Une comédie grolandaise pas formatée et plus soignée que d’habitude.


Benoît Delépine et Gustave Kervern font un peu toujours le même film. Ils créent des personnages un peu décalés, du genre qui passeraient inaperçus en dehors de leurs fictions, et les envoient dans des sortes de balades existentielles. Puis leurs anti-héros font des rencontres improbables, touchantes, poétiques, drôles ou même trop décalées pour pleinement trouver l’adhésion du spectateur. Cette fois, en choisissant Gérard Depardieu et Benoît Poelvoorde en père et fils partis sur la route des vins, les auteurs ont une brillante idée de départ et signent peut-être un de leurs meilleurs films. Un genre d’ode aux femmes et surtout, aux hommes face à elles. Ils sont tour à tour pathétiques, lâches, fragilisés, humiliés ou rendus meilleurs mais restent heureusement toujours très humains. Une réussite qui doit certainement beaucoup à une écriture plus travaillée qu’il n’y paraît et essentiellement grâce au talent et au travail de leurs interprètes.

Saint Amour

Outre le couple vedette, un Poelvoorde investi et un Depardieu en retrait, beaucoup dans l’émotion, on retiendra surtout d’autres apparitions hilarantes ou touchantes de Michel Houellebecq, Céline Salette ou de la moins connue Solène Rigot, en serveuse désemparée par la crise financière. Notons aussi une image un peu plus soignée que dans certaines productions précédentes du tandem grolandais : les décors naturels offrent même quelques beaux panoramas, bucoliques à souhait. Peu importe finalement, l’intérêt réside ici clairement dans le ton décalé, la véracité des personnages, la poésie des situations et dans l’humour qui fait du bien dans le paysage français, saturé de comédies formatées, souvent vulgaires et loin d’être drôles.

Saint AmourSaint Amour
De Benoît Delépine et Gustave Kervern
Avec Gérard Depardieu, Benoît Poelvoorde et Vincent Lacoste
Frenetic Films
Sortie le 02/03

Dégustez ce « Saint Amour » !
3.8Note Finale
Note des lecteurs: (0 Vote)