Todd, coupable de deux assassinats, est fait prisonnier par un shérif violent. Il est sauvé de justesse de la pendaison par les membres d’un convoi de pionniers qui prennent sa défense. Ils ne savent pas encore que ce geste humain les sauvera d’un danger imminent.


En 1873 sur le territoire de l’Arizona, en plein Pays Apache, un homme à cheval est abattu froidement à distance. Son corps vient se noyer dans le fleuve qui traverse une plaine désertique surnommée à juste titre «Le Canyon de la mort».

C’est dans ce décor digne d’une célèbre publicité de cigarettes dont on taira le nom, que commence l’histoire. L’assassin, n’est autre que «Todd le Comanche», héros de ce long-métrage. Cet homme porte une veste de daim à franges stylée qui rappelle vaguement le costume de «Davy Crockett» autre mythe américain. Il est poursuivi par des ennemis qui cherchent à le tuer. A court de munitions et privé de monture, notre homme court pour échapper à ses poursuivants. Il finit par se frayer un chemin au milieu des broussailles et reste en embuscade jusqu’à l’arrivée des cow-boys. Après une ultime confrontation au couteau, il est capturé par le Shérif local, un certain Harper. Sur la route qui les conduit au village voisin, nos deux survivants font la connaissance du Colonel Normand qui dirige une caravane de vétérans unionistes en route pour Tucson.


Ce Western dynamique est intéressant pour plusieurs raisons. Bien accompagné par les mélodies du compositeur Lionel Newman, ce film des années cinquante, allie violence et romance. On se tire dessus mais on se respecte mutuellement. Le passé des personnages est bien décrit. On apprend entre autre, que Tood a vécu vingt années dans une tribu indienne, dès son plus jeune âge. La moralité et les rapports humains sont les thèmes phares de cette production. Les personnages principaux incarnent parfaitement la tolérance entre les indiens et les visages pâles.

Une fois n’est pas coutume, de nombreuses femmes sont à l’affiche d’un western. Contrairement aux habitudes, ces pionnières ont du caractère et leur mot à dire. Elles sont magnifiques et ne jouent en aucun cas des seconds rôles.

Le réalisateur américain, Delmer Daves est à l’origine de quelques célèbres classiques du cinéma tels que: «Trois heures dix pour Yuma», «L’or du hollandais» ainsi que «La colline des potences». Il a fait en tout 57 films en 35 ans de carrière avant de décéder en 1977. Daves a su utiliser l’espace du cinémascope ainsi que les couleurs éclatantes et variées de l’époque, il nous a aussi montré comment survivre dans un espace hostile et a dirigé parfaitement Richard Widmark. L’acteur principal de cette réalisation joue extrêmement bien son rôle de trappeur blessé par la vie. Il est à la fois agressif et attendrissant.

Les paysages sont grandioses, mais les chariots ne semblent pas très vrais et inamovibles. Les costumes masculins, eux aussi, auraient pu être améliorés. Cette production a malgré tout, les ingrédients nécessaires qui font d’elle, une oeuvre de qualité et une petite réussite visuelle et narrative.

Ce Blu-Ray fait partie de la Collection «Western de Légende», une édition spéciale en version remastérisée pour les 10 ans de Catalysta films (Sidonis). Il contient en Bonus, les présentations de Patrick Brion et Bertrand Tavernier ainsi que la traditionnelle Bande-Annonce.

Réalisateur & Scénariste: Delmer Daves
Avec: Richard Widmark (Todd le Comanche), Felicia Farr (Jenny), Susan Kohner(Jolie), Stephanie Griffin (Valinda), Timothy Carey (Cole Harper), Tommy Rettig (Billy), Ray Stricklyn  (Clint), Nick Adams (Ridge), Carl Benton Reid (Général Howard), Douglas Kennedy (Colonel Normand), George Mathews (Bull Harper), James Drury (Lieutenant Kelly).
Compositeur: Lionel Newman
Production: 20th Century Fox
Distributeur: Catalysta Films (Sidonis)
Durée: 98 minutes

«La Dernière caravane» : un western humaniste
4.0Note Finale

A propos de l'auteur

Le cinéma est un lieu merveilleux, on y trouve de tout: des comédies (mon genre préféré), des films d'auteurs (que j'apprécie pour leur diversité), des documentaires plus ou moins passionnants, des blockbusters et d'autres types de films. Fan du cinéma français et des pays latins, j'en ai fait ma spécialité. Rédacteur depuis de nombreuses années, j'aime partager mes connaissances et découvertes. «Le cinéma est fait pour tous ceux dont la curiosité est le plus grand défaut» Claude Lelouch

Articles similaires