Après « See of Trees » hué par la critique, Gus Van Sant revient avec « Don’t Worry, He won’t Get Far on Foot », adapté du mémoire de John Callahan, caricaturiste paraplégique et longtemps alcoolique. Le biopic se concentre sur la rédemption du dessinateur, qui après un accident de voiture quasi-fatale, décide de devenir sobre. Joaquin Phoenix interprète à merveille cet être déchu, qui devra toucher le fond pour se découvrir une passion pour la caricature.


Le film, qui tire son nom du titre du mémoire de John Callahan, avait été proposé à Gus Van Sant par Robin Williams, qui souhaitait endosser le rôle du satiriste, porté sur la boisson et faisant la nique au politiquement correct. Vingt ans plus tard, le film voit enfin le jour, avec Joaquin Phoenix dans le rôle-titre.

Situé dans le Portland natal du réalisateur, le film se concentre essentiellement sur la rédemption du dessinateur, qui rejoint les alcooliques anonymes après un grave accident. John Callahan, interprété par le charismatique Joaquin Phoenix, souffre de la disparition de sa mère qui l’a abandonné à la naissance. Pour oublier ce drame, il boit plus que de raison, depuis ses 13 ans. L’alcool aura raison de lui et le mène à la chaise roulante. John Callahan décide alors de se débarrasser de son addiction, en se cherchant un sponsor aux alcooliques anonymes. Il le trouvera en la personne de Donnie. Le personnage, riche homosexuel affirmé et alcoolique repenti qui cite Lao Tseu, offre à Jonah Hill un rôle à contre-courant, dans lequel il excelle.

Le reste du casting est tout aussi réussi : Jack Black en fêtard aux mauvais penchants, Udo Kier en discret membre des AA ou encore la chanteuse Beth Ditto, en ex-alcoolique extravertie.

Tous apportent au film le réalisme nécessaire, sans pour autant sombrer dans le sentimentalisme. Annu (Roonie Mara), la thérapeute finnoise qui deviendra la compagne du dessinateur, semble être le seul personnage qui manque d’authenticité. Au chevet de Callahan, Annu, qui lui propose de humer une rose alors que ce dernier souffre le martyr, confine à l’apparition fantasmée et fait penser à tort à une séquence de rêve. On déplore aussi de ne pas voir assez des dessins de Callahan, car ses croquis à l’humour grinçant semblent rester la meilleure manière de dresser le portrait de l’artiste.

Don’t worry, he won’t get far on foot
USA – 2018 – 113 Min. – Biographical
Réalisateur: Gus Van Sant
Acteur: Joaquin Phoenix, Jonah Hill, Rooney Mara, Jack Black, Beth Ditto, Olivia Hamilton, Udo Kier, Kim Gordon, Carrie Brownstein, Emilio Rivera
Filmcoopi

Don’t Worry, He Won’t Get Far on Foot : les déboires d’un dessinateur alcoolique et handicapé
4.0Note Finale