De nombreux films avec des malfaiteurs souhaitant dérober dans les banques et bijouteries ont déjà été tournés depuis que le cinéma existe. Si « Gentlemen cambrioleurs » donne l’impression d’en faire partie, il ne faut pas forcément se fier à son apparence…


Brian Reader est à présent âgé de 77 ans et veuf. Ancien voleur, il décide de réunir des collègues marginaux pour un nouveau coup fumant au sein de la Hatton Garden Safe Deposit. Très organisés et méticuleux, ils pénètrent dans le dépôt, désactivent les lieux de toute sécurité et s’attaquent et à la chambre forte. 2 jours plus tard, avec un énorme butin estimé à plus de 200 millions (ceci sans compter les bijoux), le méfait est commis et du côté de la police, les investigations commencent. Pendant que les malfaiteurs vaquent à leurs occupations, la police s’acharne à les retrouver et leurs recherches les mèneront à certaines découvertes assez surprenantes…

Basé sur un fait réel s’étant déroulé assez récemment à Londres, ce qui peut se surnommer « l’affaire Hatton Garden » est un véritable coup de maître de la part de cambrioleurs hors pair relativement âgés. A l’époque, soit en 2015, le casse avait défrayé les chroniques de la presse tant le coup était audacieux, méticuleux et le butin colossal : plus de 250 millions pour les voleurs ayant tous une soixantaine d’années. Un coup de maître !

Il était donc évident que le 7ème Art se mêle de cette histoire dans l’intention claire de l’adapter. Chose faite avec à la réalisation James Marsh (Une merveilleuse histoire de temps). Même si le cinéaste était d’abord réticent pour cette mise en scène relativement en dehors de ses choix de tournage, il accepta finalement le projet en utilisant l’humour (noir) comme émotion principale.
Peu de temps après la validation du projet, la production avait d’abord envisagé de tenter de rencontrer les membres dudit braquage encore en vie. A ce jour, ils le sont tous excepté Terry Perkins décédé début 2018. Mais en fin de compte, l’équipe du film laissa tomber et choisit d’acquérir des droits supplémentaires liés aux investigations du reporter Dancan Campbell. Tout en essayant donc de garder un maximum d’authenticité de l’enquête, différents rapports journalistiques furent également consultés et au final, les éléments principaux relevés ont permis de tourner « Gentlemen cambrioleurs ».

Si la bande-annonce du long-métrage laisse effectivement présagée un énième film de voleurs, l’ambiance londonienne, le casting ainsi que le ton très sarcastique de la réalisation, amènent une histoire savoureuse et croustillante.
De plus, entre le choix des rôles principaux 100% « so british » et les lieux du tournage effectués principalement à Londres, « Gentlemen cambrioleurs » se veut être respectueux quant au déroulement de l’impressionnant braquage fait à l’époque. Au niveau des comédiens, leur performance demeure efficace, drôle et parfois même surprenante. Davantage plaisant à découvrir en version originale sous-titré, qu’en version française notamment au niveau des différents accents des personnages, l’œuvre cinématographique démontre aussi que tout le monde peut braquer une banque en étant très discret et bien préparé.

Sans contenir une multitude de références aux fictions du genre, les rares allusions montrées au sein de « Gentlemen cambrioleurs » sont très sympathiques et grâce aux acteurs principaux tels que Michael Caine (Insaisissables 2), Jim Broadbent (Bridget Jones Baby) ou Ray Winston (Point Break), l’alchimie entre eux fonctionne dès le départ.

Ils donnent ainsi rapidement au public la sensation qu’ils ont tourné plusieurs fois ensemble, alors que ce n’est pas forcément le cas. Drôle, étonnant et divertissant, « Gentlemen cambrioleurs » permet de passer un bon moment en couple et entre ami-e-s. Et même, à s’inspirer de l’œuvre cinématographique pour un futur cambriolage… Ou pas, car bien sûr, rester dans le droit chemin demeure la meilleure des solutions.

Gentlemen cambrioleurs (The King Of Thieves)
UK   –   2018   –   Crime
Réalisateur: James Marsh
Acteur: Michael Caine, Michael Gambon, Charlie Cox, Ray Winstone, Jim Broadbent, Tom Courtenay, Francesca Annis, Paul Whitehouse, Kellie Shirley, Martha Howe-Douglas
Impuls
27.03.2019 au cinéma

"Gentlemen cambrioleurs" : Pas si gentilshommes que ça...
4.0Note Finale

A propos de l'auteur

Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

Articles similaires