Traumatisé par les horreurs de la Première Guerre Mondiale, un écrivain anglais quitte Londres avec femme et enfant pour s’installer dans le Sussex. C’est dans ce lieu paisible qu’il trouve avec son fils l’inspiration nécessaire à la création d’un des plus grands chefs-d’œuvre de la littérature anglo-saxonne.


Dans ce long-métrage magnifiquement réalisé, nous apprenons que Winnie l’Ourson sort de l’imagination débordante d’un petit garçon âgé de 8 ans seulement.

Christopher Robin (Billy) Moon est fils unique. Après avoir été confié à une nourrice, le jeune anglais comble un vide affectif en créant un univers imaginaire, où les animaux sont inoffensifs et le monde merveilleux.

Le film commence en 1941, durant la Seconde Guerre Mondiale, lorsque Alan Alexander Milne, le père de Billy reçoit un télégramme.

Ayant miraculeusement survécu à la terrible Bataille de la Somme, une vingtaine d’années plus tôt, le britannique s’est refait une nouvelle vie à la campagne. Les séquelles de la Première Guerre Mondiale sont encore présentes dans son esprit. Le père de famille a de nombreux flash-backs sur les souffrances et traumatismes endurés dans les tranchées boueuses du champ de bataille…

Le film est entrecoupé et se focalise sur deux générations d’une seule et même famille. Nous découvrons le père encore jeune, menant une vie difficile au Front puis on le retrouve en famille durant l’entre-deux Guerres. Il est marié et rédige des nouvelles.

Pour essayer d’oublier ses malheurs, l’écrivain envisage de créer un traité convaincant contre la guerre mais il n’y arrive pas. C’est son jeune fils qui va lui donner, involontairement, un coup de main.

Alexander, émerveillé par l’imagination débordante de son fils, décide de retranscrire ces histoires. Il fait appel à Ernest, un illustrateur qui s’attèle à mettre en images les personnages. Winnie l’Ourson, (Winnie the Pooh, en anglais) est ainsi né ! Le succès est planétaire. Tout le monde désire rencontrer le petit Billy, mais celui-ci se révolte. Il ne veut pas devenir une célébrité. Commence alors pour lui une terrible descente aux enfers…

Le réalisateur, Simon Curtis a débuté sa carrière en intégrant le « Royal Court Theatre » où il a assuré la mise en scène de plusieurs pièces tout en étant l’assistant de Danny Boyle. C’est en 1998 qu’il se lance dans la télévision en réalisant le téléfilm «Le Prince Etudiant» puis en adaptant David Copperfield, le classique de Charles Dickens. Le metteur en scène poursuit sa carrière à la télévision avec la série «Cranford» pour la BBC ainsi qu’un drame intitulé «A Short Stay in Switzerland». Fort de ce succès, Curtis monte son premier long métrage pour le cinéma en choisissant d’adapter les écrits de Colin Clark. Le réalisateur a dirigé par la suite Helen Mirren et Ryan Reynolds dans sa deuxième fiction cinématographique: «La femme au tableau».

Au casting, nous trouvons Domhnall Gleeson (The revenant, Invincible), Margot Robbie (Le loup de Wall Street, Il était temps) et Kelly Mac Donald (Boardwalk Empire, Trainspotting, Nanny Mc Phee) tous excellents dans leurs rôles respectifs.

La bande originale du film a été composée par Carter Burwell. Quant au tournage de Winnie l’Ourson, il a commencé en septembre 2016. Les scènes du film ont été tournées dans l’Oxfordshire, le Surrey et le Sussex, en Angleterre. La maison de l’auteur A. A. Milne, situé dans le petit village de Fairwarp a aussi servi de lieu de tournage pour les scènes intérieures.

Produit avec un budget de trois millions de dollars, cette réalisation a vu le jour après 8 semaines de tournage.

Ce film populaire cible un large public, c’est le DVD idéal pour une soirée en famille au coin du feu.

Goodbye Christopher Robin
USA – 2017 – Biopic, Drame
Réalisateur: Simon Curtis
Acteur: Domhnall Gleeson, Margot Robbie, Kelly Macdonald
Twentieth Century Fox

"Goodbye Christopher Robin" : La vraie histoire de Winnie l’Ourson !
4.0Note Finale

A propos de l'auteur

Le cinéma est un lieu merveilleux, on y trouve de tout: des comédies (mon genre préféré), des films d'auteurs (que j'apprécie pour leur diversité), des documentaires plus ou moins passionnants, des blockbusters et d'autres types de films. Fan du cinéma français et des pays latins, j'en ai fait ma spécialité. Rédacteur depuis de nombreuses années, j'aime partager mes connaissances et découvertes. «Le cinéma est fait pour tous ceux dont la curiosité est le plus grand défaut» Claude Lelouch

Articles similaires