Hellboy 2

Hellboy 2 est la plus récente réalisation de Guillermo Del Toro depuis son unanimement encensé ‘Labyrinthe de Pan’. Hellboy, Liz, Abe et l’agent Manning sont tous de retour !


Le scénario fait l’effort de reprendre où le premier opus nous avait laissé : les marginaux aux pouvoirs surnaturels du BPRD (‘Bureau of Paranormal Research and Defense’) protègent le monde des attaques paranormales. Les Légions d’Or du titre nous sont présentés en introduction par le regretté Professeur Bruttenholm comme un conte à un Hellboy adolescent. Une histoire de luttes : une famille royale elfique se battant pour sa survie contre les humains grâce une couronne de pouvoir. Une histoire de diversité et de sagesse harmonieuse, les elfes vivant en paix grâce au roi elfe Balor qui a divisé en trois la couronne et donc sa puissance. Seul le membre de la famille royale porteur de celle-ci pourra commander les Légions d’Or, une armée mécanique magique. Mais le roi a deux héritiers, des jumeaux, son fils Nuada et sa fille Nuala ; le premier en désaccord avec le choix de son père alors que la seconde l’approuve. Ainsi débute la bataille entre l’honneur et la dissension, le passé et le présent, le bien et le mal.

De nos jours, Hellboy a ses propres combats : sa relation avec Liz est à un tournant et il continue par ses actions inconsidérées à tester les limites de l’anonymat du Bureau. Pourra-t-il faire avancer son couple ou continuera-t-il à s’accrocher à son indépendance ? Respectera-t-il l’agent Manning et le statut secret du BPRD ou le mettra-t-il au grand jour ? Tout trouvera une réponse quand le passé et le présent entreront en collision.

Hellboy 2

Hellboy 2

Par rapport au premier opus, j’ai trouvé des manques, principalement sur le développement des personnages. Au tout début nous avions comme guide John Myers, un récent diplômé du FBI, qui découvrait comme nous ce monde de mysticisme où le fantastique et le paranormal sont monnaie courante et nous servait de point d’attache empathique dans son exploration. Dans cette seconde partie, bien que nous soyons maintenant familiers avec Hellboy et son monde déjanté, j’ai senti l’absence d’un personnage auquel je puisse m’identifier un peu pour faciliter l’immersion dans ces folles aventures.

De même, et bien que Del Toro ait co-écrit les deux épisodes, les personnages deviennent des caricatures d’eux-mêmes. Liz tape des pieds de frustration et de dégoût dans une attitude grossièrement enfantine, ce qui ne dépeint pas vraiment finement les déchirures du cœur d’une femme, son insécurité d’être différente et finalement le défi de se battre pour ses croyances et son amour. Hellboy de son côté est un ramassis de défauts et de vieilles habitudes plus qu’un homme en désaccord avec lui-même. Il fume, il est obtus, il aime les chatons et adore mater la télévision. Mais où est le contraste avec le trublion qui combat pour préserver un monde pour le bien ? La fracture d’un coeur de démon qui aime pourtant profondément ? Ces aspects manquent.

Mais si le film pêche sur ces qualités, il se rattrape pleinement par une mise en scène remarquable de précision et de vigueur, et des effets spéciaux hallucinants, Del Toro continuant de développer son bestiaire. Pour la séquence d’ouverture racontant le conte de fées des Légions d’Or, un style comics a été choisi, dans la veine de Jamie Hewlett et son clip ‘Clint Eastwood’ pour Gorillaz, rappelant la source du film. D’autres réussites sont les minuscules fées des dents qui volettent gracieusement avant de déchirer les chairs de leurs cibles, à la recherche de calcium (brrrr !), qui malgré les massacres qu’elles perpètrent fascinent par leur mécanique parfaite. Mais le pinacle est la scène dantesque du Marché des Trolls où des centaines de créatures magiques de toutes les formes se réunissent, une véritable orgie visuelle.

Les qualités principales du film sont donc dans sa forme, l’univers qu’il dépeint et sa mise en image. Del Toro démontre encore qu’il a un immense don créatif. Par contre l’intrigue et le travail sur les personnages paraissent faibles en comparaison. Donc si vous attachez une grande importance à ce dernier aspect vous risquez de ne pas rentrer dans le film (et vous pouvez retirer un point à ma note). Par contre si vous cherchez un film fantastique fun, vif et qui vous en mette plein la vue, vous sortirez avec un sourire béat de la projection (et vous pouvez ajouter un point à ma note).

Hellboy 2Hellboy 2 : les Légions d’Or maudites
De Guillermo Del Toro
Avec Ron Perlman, Selma Blair, Doug Jones, Jeffrey Tambor
Universal
Sortie le 15/10