Guillaume Senez et Kacey Mottet Klein pour "Keeper"

Le jeune comédien romand, Kacey Mottet Klein incarne un ado confronté à la paternité dans ce premier film du Belge Guillaume Senez.


Révélé par Ursula Meier, Kacey Mottet Klein est l’homme du moment. L’acteur lausannois, âgé de seulement 17 ans, et le réalisateur Guillaume Senez ont bien voulu répondre à nos questions pour mieux comprendre le film « Keeper » !

Quelle est la genèse de KEEPER?
Guillaume Senez: Le point de départ a été mon envie de parler de la paternité. J’étais intéressé d’aborder le sujet et de l’encrer dans la période adolescente, que je trouve très cinématographique.

Ursula Meier (Home, L’enfant d’en haut) a été la première à penser à Kacey Mottet Klein pour jouer le rôle de Maxime. J’imagine que vous avez eu raison de lui faire confiance…
Kacey Mottet Klein: Même si, ça n’était pas le cas, tu ne le dirais pas devant moi. (Rires).

Guillaume Senez: En effet, j’ai demandé à Ursula des retours sur le scénario. Et en discutant du casting, elle m’a parlé de Kacey. Je me souvenais de Kacey dans « L’enfant d’en haut » avec sa bouille de garçon de 13-14 ans, un peu frêle. Le personnage de Maxime aspire à être un joueur de foot professionnel, donc il me fallait quelqu’un de physique. Ursula m’a assuré qu’il avait grandi, et elle m’a convaincu de le rencontrer. On s’est vu à Paris et nous voilà ! Je l’ai choisi, car il était le meilleur.

Ursula Meier et Kacey Mottet Klein : L'Enfant d'en haut

Ursula Meier et Kacey Mottet Klein : L’Enfant d’en haut

Je pense à la scène où les deux familles sont réunies et discutent de l’avenir du jeune couple…
Comment procédez-vous lors du tournage d’une telle scène ?
Guillaume Senez: On a décidé d’arrêter les répétitions, justement après avoir répété cette scène. Tous les personnages étaient déjà dessinés. La particularité, c’est que je ne donne pas le scénario aux comédiens avant le tournage. Bien sûr, ils connaissent l’histoire, leurs personnages, leurs relations. Je travaille en improvisation avec eux, puis en discutant, on arrive progressivement au texte. Entre le scénario que j’ai écrit et le film, il y a très peu de différence.

Kacey Mottet Klein: Pour ma part, j’ai d’abord été surpris par la méthode de Guillaume. C’était intéressant. Il y a des moments où les dialogues se chevauchaient, des moments de blanc, des accidents heureux…

Est-ce que vous êtes entrés en contact avec des jeunes parents pour préparer votre rôle ?
Kacey Mottet Klein: On est allé voir une maison maternelle, une maison d’accueil pour adolescentes, mais pas plus.

KEEPER est-il un film à message ?
Guillaume Senez: Surtout pas. En tant que réalisateur, je ne voulais pas imposer ma vision des choses au spectateur. J’ai donc tenu à montrer plusieurs points de vues, notamment celui des mères pour que chacun puisse s’identifier. Bien sûr, on suit le point de vue de Maxime, mais ça ne veut pas dire qu’il est le mien.

Keeper De Guillaume SenezKacey Mottet Klein vous semblez très mature pour votre âge. Est-ce que vous savez d’où ça vient ?
Kacey Mottet Klein: Sûrement du fait que je travaille depuis de nombreuses années entouré d’adultes. Et j’imagine que les responsabilités qu’on a sur un plateau de tournage, nous font grandir un peu plus vite que les autres.

Dans Kacey, naissance d’un acteur, l’hommage que vous dédie Ursula Meier, on vous voit apprivoiser la caméra. Après une dizaine de films à votre actif, quel rapport avez-vous avec cette grande « araignée noire »?
Kacey Mottet Klein : (Rires). Sur « Home », j’avais tendance à toujours m’arrêter sur ce point-là. Maintenant, elle fait partie du décor.

Léa Seydoux, votre partenaire dans « L’enfant d’en haut » est maintenant James Bond Girl !
Kacey Mottet Klein: Je suis vraiment fier pour elle. Quand on tournait « L’enfant d’en haut », Léa voyageait déjà entre la Suisse, Montréal et Los Angeles pour « Mission Impossible : Protocole fantôme« . Je me souviens qu’elle nous montrait des photos du plateau. Ça me fascinait de la voir naviguer entre le cinéma d’auteur et les blockbusters. Malgré le succès, elle garde les pieds sur terre. Elle est un exemple à suivre pour beaucoup de comédiens et comédiennes.

Kacey Mottet Klein et Léa Seydoux : L'Enfant d'en haut d'Ursula Meier

Kacey Mottet Klein et Léa Seydoux : L’Enfant d’en haut d’Ursula Meier

Vous jouez l’un des rôles principaux dans « Quand on a dix-sept ans », le prochain film d’André Téchiné, coécrit avec Céline Sciamma. Pouvez-vous nous dire un mot de cette expérience ?
Kacey Mottet Klein: C’était un sacré défi pour moi ! J’ai débuté le projet avec beaucoup d’appréhension. Le film traite d’homosexualité et en lisant le scénario, j’ai compris que j’allai devoir jouer des scènes intimes avec un garçon. J’ai eu un peu peur, mais mon partenaire et moi, on s’est beaucoup parlé et encouragé pour donner le meilleur de nous-même.

www.keeper-film.ch