9.7 C
Munich
samedi, mai 25, 2024
- Publicité -

JE VERRAI TOUJOURS VOS VISAGES : Thérapie de groupe

Claire Blanchard-Buffon
Claire Blanchard-Buffon
Cinéphile passionnée, écrivaine et musicienne depuis son enfance, elle offre son âme d’écorchée vive au besoin de l’art et de la transmission de ses émotions. Voter folie est-elle la même ?

La justice pénale tranche les affaires criminelles, incarcère ou gracie, mais après ? Que deviennent les vies des victimes et de leurs agresseurs ? Comment réparer durablement les traumatismes ? La justice restaurative est un essai dans ce no man’s land où errent les protagonistes de ces attaques.


Une poignée de volontaires s’engagent dans un pari bancal pour réparer les dégâts causés de toutes parts après une agression. Afin d’aider à cicatriser les plaies des victimes pour que leur vie puisse reprendre et d’inspirer une prise de conscience dans l’esprit des auteurs des actes criminels impliquant des humains. Reconstruire les premiers et arrêter les seconds, sont les espoirs de ces thérapies vivantes.

Un film qui appelle un documentaire afin de pousser plus loin l’information de l’existence de ces accompagnements plus qu’utiles aux soins des victimes surtout et à une certaine amélioration de la société en général. Probablement que la vision de cette histoire fera réfléchir les spectateurs directement concernés autant que ceux qui sont épargnés par cette réalité violente et implacable. Pour porter ce sujet de société un casting riche et de qualité. Chaque acteur et actrice apportent une couleur différente à ce tableau constituant ainsi une fresque représentative de la plupart des crimes malheureusement communs. 

Le sérieux avec lequel est entouré une victime est souvent de courte durée et parfois mis en doute. Une victime n’épargne pas son entourage et les rencontres qu’elle fait ensuite tant que sa douleur n’est pas reconnue. Même après cela la blessure de l’incompréhension est tellement profonde qu’un retour à son ancienne vie est presque impossible. On panse, on se persuade, on se force à survivre et à se reconstruire, mais les stigmates au mieux sont toujours visibles. Il suffit d’un mot, d’une allusion ou encore d’être témoin d’un fait similaire pour raviver le traumatisme. 

Ajoutons à cela la nature intime de chacun et nous voilà devant des humains brisés. Ces processus de restaurations sont essentiels et doivent être encouragés, là où notre société échoue dans une représentation glamour du crime et une dévalorisation des effets sur les victimes. C’est lorsque le résultat creuse un fossé entre bénéfices et pollution sociale que nous devenons déficients. 

Un film nécessaire pour un changement qui se fait attendre, avec une multitude de pistes à explorer. Bien plus qu’un cri, Jeanne Herry lance une perche dans un système qui se prend les pieds dans son laxisme solidaire. Merci à la réalisatrice et son équipe, merci aux acteurs qui ont embarqué pour un voyage touchant, terrible et intime pour démuseler ceux qui se retrouvent finalement seul face à leur souffrance, d’un côté comme de l’autre de l’agression. Je pourrai disserter sur les raisons de la naissance de ces actes précis, mais ce n’est pas réellement le sujet ici. 

La bataille consiste essentiellement dans la reconstruction et la réparation, il est important de le souligner. Un film à voir absolument.

Je verrai toujours vos visages
FR – 2023
Durée: 1h58 min
Drame
Réalisatrice: Jeanne Herry
Avec: Adèle Exarchopoulos, Dali Benssalah, Leïla Bekhti, Gilles Lellouche, Elodie Bouchez, Jean-Pierre Darroussin, Miou-Miou
Frenetic Films
05.04.2023 au cinéma

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -