9.6 C
Suisse
24 octobre 2020

S'abonner au magazine

« La forme de l’eau » : l’amour toujours

-

Eliza, jeune femme muette, mène une vie ordonnée, mais solitaire. Les seules personnes qu’elle côtoie sont son voisin Giles et sa collègue Zelda. Toutes deux travaillent comme femmes de ménage dans un centre de recherche gouvernemental. Lorsqu’Eliza découvre la créature aquatique sur laquelle expérimente le cruel colonel Strickland, sa vie sera chamboulée. Entre la femme et le monstre (qui en est finalement moins un que certains humains) naîtra un amour à toutes épreuves.


Guillermo del Toro signe comme à son habitude un film visuellement magnifique et narrativement émouvant. La palette de couleurs tourne majoritairement autour des tons bleus et surtout verts, même dans les plus petits détails (les tartes que mange Giles, le gâteau en gelée qu’il peint, le savon du centre, etc.), ceci afin de constamment évoquer l’eau et la créature. La séquence d’ouverture qui suit le quotidien d’Eliza présente également des tons rouges, pour annoncer la passion amoureuse qui viendra ensuite. Le monstre est par ailleurs un régal pour les yeux, et ses expressions et mimiques le rendent tout de suite attachant malgré sa dimension inquiétante et potentiellement dangereuse, qui ne manquera pas d’être rappelée à plusieurs occasions.

Les personnages sont ce qu’on pourrait appeler des « marginaux » dans la société dépeinte (le film se déroule pendant la période de la Guerre froide.), mais aussi malheureusement toujours dans la nôtre : Eliza a un handicap, Giles est homosexuel et Zelda est noire. Tous retrouvent une partie d’eux dans le monstre et s’y identifient : il ne peut pas parler, comme Eliza ; il est seul, comme Giles ; il est traité comme un être différent, et même inférieur, comme Zelda par Strickland.

Le réalisateur mexicain, aurait-il alors voulu orienter sa réalisation du côté du discours politique ? J’interprète plutôt La forme de l’eau comme une célébration de l’enchantement, qui peut être provoqué par plusieurs éléments : le cinéma, l’imagination, la musique, et bien sûr l’amour. Ce qui n’empêche pas l’œuvre de del Toro de porter un message d’encouragement à plus de compassion, de compréhension envers les autres. À l’image du personnage de Giles refusant de visionner des images violentes d’actualité pour se réfugier dans une comédie musicale joyeuse, le film offre une alternative positive et fantastique à la réalité quotidienne. Et il matérialise cette idée iconique de la femme amoureuse d’un monstre au lieu d’en être effrayée. Plus qu’une véritable critique sociale, La forme de l’eau est une ode poétique au fait de garder son âme d’enfant et d’embrasser le merveilleux (bien que parfois inquiétant) se cachant dans la vie réelle.

La forme de l’eau (The Shape of Water)
De Guillermo del Toro
Avec Sally Hawkins, Doug Jones, Michael Shannon, Octavia Spencer, Richard Jenkins
20th Century Fox

Amandine Gachnang
Poussée par ma passion pour la littérature et le cinéma, spécialement " de genre" (fantastique, horreur, science-fiction, gothique et tout le tralala), j'ai suivi des études de cinéma, de français et d'anglais à l'Université de Lausanne. Quel bonheur que de pouvoir tenir la plume (ou plutôt le clavier) pour partager cette passion qui nous réunit dans les salles obscures! 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -

BON à SAVOIR

Seize printemps

Le film fait partie de la Sélection Officielle de Cannes 2020. Suzanne a seize ans. Elle s’ennuie avec les...

Retour à Visegrad

En avril 1992, la guerre éclate à Višegrad (Est de la Bosnie-Herzégovine), séparant élèves serbes et bosniaques. Vingts-cinq ans après, l’ex-directeur de...

Médecin de nuit

Le film fait partie de la Sélection Officielle Cannes 2020 Mikaël est médecin de nuit. Il soigne des patients...

Je voulais me cacher

Expulsé par l'institution suisse qui s'occupait de lui à la fin de la Première Guerre mondiale, Antonio se retrouve en Italie contre...

Portrait d’une jeune fille en feu

Marianne est peintre et doit réaliser le portrait de mariage d’Héloïse, une jeune femme qui vient de...

SUIVEZ-NOUS

4,150FansLike
10,000FollowersFollow
748FollowersFollow
645SubscribersSubscribe