Ce nouvel opus du reboot de la célèbre et lucrative franchise cinématographique adaptée du livre de Pierre Boule, « La planète des singes », est le parfait exemple du blockbuster intelligent ! Tout d’abord dans sa forme et son propos, l’histoire monte en puissance sans réel temps mort jusqu’au final, ensuite dans un savant dosage de séquences d’actions spectaculaires qui parsèment le film tenant en haleine le spectateur, et tout particulièrement par une utilisation de la technologie parfaitement adaptée à l’histoire, ne pesant jamais sur l’ensemble comme l’on peut trop souvent le voir actuellement sur les grosses productions à effets-spéciaux hollywoodiennes.

Dix ans après avoir été décimés par un terrible virus, les humains se sont rassemblés par petits groupes dans les ruines de leur monde, essayant tant bien que mal à se réorganiser. Tandis que les singes vivent paisiblement de leur côté dans la forêt avoisinante, sous les ordres de César dans une communauté de plus en plus évoluée. Pourtant, un événement va venir déranger l’ordre poussant les deux ethnies à un affrontement qui pourrait déclencher une guerre sanglante…

Succédant finalement à Rupert Wyatt (qui a quitté le projet pour des raisons de délais trop court), Matt Reeves (« Cloverfield » « Let me in ») reprend la franchise avec brio. Narrativement classique et linéaire, le scénario déroule une histoire simple mais jamais simpliste, d’une rigueur exemplaire pour un blockbuster. Malgré le peu de surprise, le spectateur à toujours un temps d’avance sur les protagonistes, l’intrigue est continuellement passionnante à défaut d’être innovante.

Préférant une palette d’acteurs peu connus, à l’exception de Gary Oldman, le casting s’efface derrière l’incroyable armada de singes, tous interprétés par « performance capture ». Conscient du potentiel de ce procédé, le cinéaste donne la part belle aux singes, tout en soignant sa direction d’acteurs de chair, un des points faibles du précédent long-métrage. Contre toute attente, le travail fournit entre autre par Andy Serkis, l’interprète de César, est phénoménal, atteignant un nouveau niveau d’excellence, prouvant que le procédé de « performance capture » peut être un énorme atout dans l’industrie cinématographique, pour autant qu’il soit utilisé avec intelligence et virtuosité.

 Un des blockbuster récents le plus complet, le film fait espérer un éventuel troisième volet avec impatience !

La Planète des singes : l’affrontement
De Matt Reeves
Avec Jason Clarke, Andy Serkis, Keri Russell, Gary Oldman
Warner Home Video