5.4 C
Munich
dimanche, février 25, 2024
- Publicité -

L’Abbé Pierre – Une vie de combats hors du commun pour Lucie et lui-même

Merci chère Sœur et Abbé pour vos combats...

Laurent Billeter
Laurent Billeter
Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

Écrit par Olivier Gorce et en partie par son réalisateur Frédéric Tellier, ce biopic de l’inoubliable « rock star de la religion » Henri Grouès, soit L’Abbé Pierre, s’avère riche et soigné. L’occasion aussi pour les nouvelles générations, d’en savoir plus sur lui et ses compagnons-nes.


A la fin des années 1930, un peu avant la 2ème Guerre mondiale, un certain Henri Grouès s’écroule pendant une cérémonie religieuse importante au sein d’un couvent de Capucins. Trop souvent malade et frêle, le jeune homme se voit refuser de continuer cette vie retiré, de tout. Perdu et décontenancé, il aura à peine le temps de se questionner, qu’il finira par être mobiliser comme sous-officier pour combattre le nazisme. Mais en chemin, ses problèmes de santé le rattrapent et il sera hospitalisé au début des conflits en France. S’installant dans sa région natale, il est Lyonnais, il deviendra un pilier de la Résistance avec ses faibles moyens. Henri rencontrera durant cette période, Sœur Lucie Coutaz et à partir de ce moment-là, ils deviendront inséparables jusqu’à la mort de cette dernière en 1982. Elle sera sa secrétaire particulière et ce duo après le tristement célèbre génocide, créera le mouvement « Emmaüs » qui existe toujours. A la fois admiré, détesté, grande gueule et original, Henri et Pierre auront survécu à d’effroyables situations et même en 2023, ils marquent encore les esprits.

Présenté « Hors Compétition » au « Festival de Cannes » en 2023, le biopic sur l’abbé Pierre se veut très respectueux de l’homme complexe, avec son franc parlé et ses nombreuses interrogations, remises en question et polémiques.

Soutenu et validé par ses derniers collaborateurs-trices l’ayant connu et rares proches encore vivant-e-s, « L’Abbé Pierre – Une vie de combats » relate une partie de l’homme croyant en Dieu jusqu’à un… certain point.

S’il ne put participer comme mobilisé en 39-45, il fut un Résistant très actif dans la zone grenobloise. Cerné, survivant de certaines attaques, il devra bien s’entourer afin de se protéger, tout comme son réseau. C’est à ce moment-là qu’il rencontrera Sœur Coutaz.

Cette partie historique, comme d’autres moments de sa vie, furent fort bien transposée. L’homme et le défenseur avant tout et ce, malgré ses milliers d’interrogations même envers sa religion. Il n’hésitera jamais à le dire d’ailleurs, « être vaticanisé » serait contre ses convictions.

Si de nombreux reportages, téléfilms et plus rares longs-métrages sur L’Abbé Pierre relatent assez justement son parcours, ce biopic démontre avec davantage de minutie, sa vie et ses combats. Qu’il s’agisse de ceux sur le terrain, dans son ancien domaine ou encore, ses actifs politiques et sociaux.

En tête d’affiche de cette grosse production française, l’un des plus fameux acteurs appréciant beaucoup les discours, Benjamin Lavernhe (« Jeanne du Barry »). A ses côtés, de nombreux autres acteurs et actrices. Mais c’est surtout Emmanuelle Bercot (« Fête de famille ») qui se démarque.

Ceci, grâce à sa formidable interprétation de celle passant d’une Sœur résistante, à la 1ère Secrétaire personnelle de l’Abbé Pierre, Lucie Coutaz. Si l’Abbé reste encore très présent, entre autres grâce à ses actions, cette dernière fut trop oubliée par les gens et les médias.

Ce, malgré son soutien, ses actions et décisions. Ce « rafraîchissement » cinématographique s’avère aussi nécessaire et purement volontaire de la part de la production, du réalisateur Frédéric Tellier (« Goliath ») ou, du dernier Secrétaire personnel encore en vie de l’Abbé, Laurent Desmard.

Très soigné, complexe selon les périodes de tournage grâce (et à cause) de la météo et alambiqué au moment de la courte post-production, « L’Abbé Pierre – Une vie de combats » s’adresse à un large public.

Qu’il s’agisse des générations ayant connu l’homme hypersensible au travers de son fameux « Hiver 54 » ou d’Emmaüs ; ou des spectateurs-trices plus jeunes découvrant cet orateur débrouille et borné, ce biopic rend hommage à cet incroyable binôme (avec Sœur Coutaz) émouvant et humain avant tout.

L’Abbé Pierre – Une vie de combats
FR – 2023
Durée: 2h18 min
Biopic, Drame
Réalisateur: Frédéric Tellier
Avec: Benjamin Lavernhe, Emmanuelle Bercot, Michel Vuillermoz, Leila Muse, Chloé Stefani, Antoine Laurent, Alain Sachs
JMH Distributions
08.11.2023 au cinéma

Article précédent
Article suivant
- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -