Il n’est pas donné à tout le monde de pouvoir donner un souffle épique à un film : c’est ce que montre ce poussif « Last Knights ».


Et pourtant tous les ingrédients étaient là : Clive Owen et Morgan Freeman en têtes d’affiche bankables venus cachetonner comme le premier Steven Seagal venu, une image assez remarquable (le budget devait être correct vu la qualité des costumes et des décors, et les très chouettes sites naturels de République Tchèque) et le réalisateur japonais spécialiste de l’action débridée Kazuaki Kiriya (« Casshern », « Goemon »). Le premier indice qui aurait dû mettre la puce à l’oreille, c’est que depuis 2009, Kiriya n’a plus fait grand-chose. Et que le film est sorti directement en VOD, puis en Blu-ray et DVD.

L’histoire reprend plus ou moins la fameuse histoire japonaise des 47 Ronin (basée sur un fait réel), adaptée en 1941 dans le chef d’œuvre de Kenji Mizoguchi (non, ne me parlez pas de la bouse avec Keanu Reeves s’il vous plaît, ce film n’a jamais existé). Transposé dans un empire médiéval fictionnel, cela donne le combat d’une poignée de chevaliers d’élite au code d’honneur intransigeant (très inspiré du bushido des samouraïs) mené par leur commandant Raiden, qui décident de venger leur seigneur Bartok, décapité après avoir dévoilé lors d’une assemblée des Lords présidée par l’Empereur la corruption de son ministre et proche conseiller, Geza Mott (mon dieu, ces noms !). Son clan démantelé, Raiden retombe dans l’alcoolisme alors que ses compagnons rejoignent la vie civile mais n’en pensent pas moins. Complètement paranoïaque, Mott continue à faire surveiller tout ce beau monde : à raison ?

last-knights-1

Sur le papier, il y avait de quoi s’enthousiasmer un minimum, et les premières minutes du Blu-ray ne détrompent pas : l’image est somptueuse, le premier combat montre des acteurs à l’aise et des décors et costumes de qualité (on notera l’incongruité finalement logique que nos chevaliers ont des épées qui ressemblent très fortement à des sabres de samouraïs : parenté avec les 47 Ronin oblige). Mais après cette scène d’action introductive s’ensuit une bonne heure de palabre pas forcément très intéressante (on se FOUT des combines de Geza Mott) et les pseudos moments émouvants ou héroïques sont filmés avec une platitude à laquelle ne nous avait pas accoutumés Kiriya (« Casshern » ça dépote sévère !). Morgan fait du Freeman (il a de toute façon la classe même en tondant sa pelouse) et Clive Owen tente d’enrichir son perso défini à la serpette du mieux qu’il peut dans sa phase déchéance. Mais on a beau être un pro, on fait avec le matériau de base qu’on vous a donné.

On s’ennuie donc poliment devant ce film mollasson qui n’apporte rien de nouveau, dont on voit venir le twist gros comme une maison et qui distille finalement chichement l’action. Pas étonnant que les bonus soient tout aussi inexistants que l’enthousiasme généré par le film.

Last Knights blurayLast Knights
De Kazuaki Kiriya
Avec Clive Owen, Morgan Freeman, Cliff Curtis, Aksel Hennie, Peyman Moaadi
Universal Pictures

« Last Knights » : du réchauffé
2.0Note Finale

A propos de l'auteur

se promène souvent dans les bois avec un tronc d'arbre sur l'épaule. Aime respirer l'odeur du napalm au petit matin. Et quand il tire, il raconte pas sa vie !

Articles similaires