L’histoire de « #Legacy » peut se résumer en une phrase : cinq étudiants anglais décident d’organiser une fête. Cependant, la volonté seule ne suffira pas à surmonter tous les obstacles qui se profileront. Les adolescents devront faire preuve d’ingéniosité pour atteindre leur objectif…


Que dire de ce long-métrage ? Tout simplement qu’il s’agit d’un teen movie de plus sans cervelle. Il serait plus juste de le caractériser pour ce que ce film est vraiment : une daube et un gâchis de pellicule. Outre le message lamentable qui y est véhiculé, à savoir : la créativité résulte d’une frustration, c’est un prospectus de racolage pour puceaux. Pour s’amuser il faut obligatoirement, si l’on en croit le scénario, de la drogue, de l’alcool et aller faire un petit tour chez les prostituées. Le spectateur ne peut être qu’impressionné par cette philosophie probablement prônée par les plus grands penseurs du 21ème siècle ! L’évolution est considérable !

Vous l’aurez compris, dans « #Legacy », vous trouverez matière à alimenter des clichés présents dans la société. Le spectateur en est assailli, tellement, que la tête tourne rapidement et que l’envie de restituer son repas devient une nécessité. Voici quelques exemples de cette vision déformée de la réalité : vous pouvez être intelligent, à condition d’être binoclard, pro en informatique et mal habillé ; vous pouvez être une fille qui pense par elle-même, à condition de n’avoir aucune féminité. Et comme tout bon film pour ados qui se respecte, il faut un chef à la tête de cette équipe. Ici, il est black, pour le côté cool, sans doute. Bien entendu, pour que la bande soit complète, ils se trimbalent tous un puceau au langage inutilement vulgaire.

C’est une horreur donc, mais pas seulement parce qu’on est loin d’une étude sociologique réaliste, mais également en raison de dialogues éprouvants pour nos cerveaux. Ces répliques se limitent à tourner autour des 10 façons de draguer le plus lourdement possible ou de « comment devenir un gentil petit con-sommateur en  5 leçons ». Vous serez prévenus, votre quotient intellectuel va en prendre plein la tronche pour pas un rond.

S’il fallait énumérer une qualité dans ce déchet cinématographique, on mentionnerait la courte durée du film ! Ce n’est pas long, merci ! Bref, avec « #Legacy » les réalisateurs ne nous font aucune faveur. Un long-métrage qui vous fera donc perdre 1h30 de votre vie.

Réalisé par Davie Fairbanks et Marc Small
Avec : Olivia Chenery, Franz Drameh, Kelsey Hardwick
Distribué par Universal

« #Legacy » : Publicité pour d'jeuns blaireaux
1.0Note Finale