Jefferson Cody (Randolph Scott), un chasseur de primes, négocie avec les Comanches la remise d’une femme blanche (Nancy Gates) qu’ils avaient capturée. Lors du voyage qui les ramène vers le mari, ils sont rejoints par un hors-la-loi et ses acolytes, motivés par une importante récompense promise pour la libération de la femme. Cependant, le hors-la-loi se trouve être un ancien ennemi de Cody. Avec cette menace constante sur ses épaules et les Indiens sur le sentier de la guerre, le retour de Cody et de la captive, ne sera pas sans péripéties…


« Comanche Station » fait partie de la collection Western de légende qui paraît chez l’éditeur Sidonis Calysta, et conclut le cycle « Ranown ». Ce cycle est composé de sept westerns dirigés par Budd Boetticher et avec l’acteur Randolph Scott dans les rôles titres, « Ranown » étant la contraction des noms des deux producteurs de cinq de ces sept films : Randolph Scott et Harry Joe Brown.

Le cycle est composé des œuvres suivantes :

  • Sept hommes à abattre (1956)
  • Le Vengeur agit au crépuscule (1957)
  • L’Homme de l’Arizona (1957)
  • L’Aventurier du Texas (1958)
  • Le Courrier de l’or (1959)
  • La Chevauchée de la vengeance (1959)
  • Comanche Station (1960)

Pour les personnes peu friandes de westerns et qui ont pu, par exemple, s’y familiariser récemment en découvrant  « Les sept mercenaires » puis son remake, elles se laisseront porter par « Comanche Station » sans déplaisir, la courte durée aidant sans doute. On a affaire à une œuvre certes linéaire et très classique, mais efficace ! Les décors sont aussi un vrai plus pour le film, le cadre est véritablement magnifique et, qui plus est, bien exploité.

« Comanche Station », tourné en 12 jours, met en avant Randolph Scott, un acteur plus qu’habitué aux films du genre. Sa filmographie est, en effet, composée d’une soixantaine de westerns sur un total de 105 longs métrages. Autant dire que le Monsieur est rodé à l’exercice.

L’éditeur nous propose ici une restauration HD de qualité, l’image est propre et épurée de tous défauts, les couleurs et les détails sont au top. Idem pour le son, vos petites oreilles ne devraient pas repérer la moindre saturation.

La palette comporte plusieurs bonus, principalement destinés à des fans du cycle « Ranown ». La saga y est effectivement abordée dans son ensemble, en se centrant tout de même sur « Commanche Station » :

  • Budd Boetticher par Bertrand Tavernier (la carrière du réalisateur – 23 minutes)
  • Présentation par Bertrand Tavernier (autour du film – 18 minutes)
  • Présentation par Patrick Brian (idem, mais avec un autre monsieur et trois fois moins long)
  • Bandes annonces : « L’homme de l’Arizona », « La chevauchée de la vengeance », « Comanche Station », « Décision à Sundown », « L’aventurier su Texas »

     

Réalisé par Budd Boetticher
Avec Randolph Scott, Nancy Gates, Claude Akins
Distribué par Sidonis

« Comanche Station » - Comanche ça va bien !
3.5Note Finale