« Les Crevettes pailletées » est une comédie française à la recette classique qu’on sait efficace : la rencontre entre des mondes opposés, propice à l’apprentissage et à l’ouverture à l’autre. L’occasion, ici, d’aborder la question qu’on sait épineuse de l’homophobie dans le monde du sport. C’était bien tenté, mais c’est raté.


Matthias le Goff, papa à mi-temps d’une adolescente qu’il ne connaît plus, champion de natation bourru et sur le déclin, s’oublie à des insultes homophobes dans un gênant moment diffusé à la télévision. Sa pénitence ? Devenir le coach d’une sympathique équipe de sportifs du dimanche, la team water-polo des Crevettes pailletées, composée de personnalités amicales et disparates dont le seul point commun est d’être des hommes gays. Enfin, presque – car c’est avec Fred, femme trans d’ailleurs sujette à toutes sortes de blagues, que l’équipe est au complet.

Matthias rencontre donc Jean, capitaine des Crevettes, gravement atteint dans sa santé, qui souhaite une ultime victoire pour son équipe. Dans cette joyeuse bande, Matthias voit se côtoyer des hommes de toutes sortes : le père de famille englué dans un quotidien plan-plan, le quinquagénaire aigri aux idéaux émoussés, le jeune extraverti et flamboyant obsédé par les coups d’un soir, l’encore plus jeune timide et curieux, le beau gosse romantique et élégant récemment largué.

Jusqu’ici tout va bien – et l’on s’attend à découvrir chacun de ces personnages à l’occasion un sympathique voyage initiatique dans le bus à deux étages qui emmène la bande jusqu’à la Croatie pour les affrontements des Gay Games. La chute est dure, et on boit rapidement la tasse devant l’accumulation de scènes creuses, d’idées prometteuses mais jamais développées, et on finit par discrètement regarder sa montre devant ces personnages creux, qui restent en surface et dont l’insistance quasi obsessionnelle à montrer un caractère festif, rigolard et indiscipliné devient franchement lourd. « Mais pourquoi vous êtes obligés de montrer vos bites en permanence ? », questionne un Matthias désabusé – franchement, on se le demande aussi.

Ce n’est pas parce qu’un film aborde des thématiques militantes qu’il échappe aux écueils qui tachent et éclaboussent, et cette nage en DVD des Crevettes en est la preuve : on se consolera avec une réécoute de l’hymne de Bonnie Tyler, « I need a hero », bande-son finale de la scène la plus réussie du film, iconique et malheureusement très à propos : où donc sont les héros de ce film ?

Les Crevettes Pailletées
FR – 2019 – Comedie
Réalisateur: Maxime Govare, Cédric Le Gallo
Acteur: Nicolas Gob, Alban Lenoir, Geoffrey Couët, Michaël Abiteboul, Romain Lancry, Thomas Croisière, Jonathan Louis, David Baïot, Romain Brau, Pierre Samuel
Praesens Film

"Les Crevettes pailletées" : Ils sont frais, mes clichés !
2.0Note Finale