Dimanche soir, les lauréat.e.s de la compétition internationale, de la compétition suisse, ainsi que des autres prix ont été récompensés au Theater Winterthur. Ce fut également l’occasion de célébrer en beauté cette 23e édition. Deux films français ont su convaincre le jury de la compétition internationale, alors que le jury de la compétition suisse a récompensé un drame sociétal joué par des comédiens amateurs. Les six journées des Kurzfilmtage ont comptabilisé 17 500 entrées.


Le Grand Prix revient à un film français sur la migration, et le Prix d’encouragement à une véritable «aventure cinématographique». Cette année, 36 films étaient en compétition pour le Grand Prix de la compétition internationale. Le prix offert par la SRG SSR d’une valeur de CHF 12 000.– a été attribué à «Bab Sebta» (France, Maroc 2019) de Randa Maroufi que le jury qualifie de «film montrant une forte prise de position politique». La réalisatrice remet en question l’idéologie des frontières et la rhétorique toxique de la politique migratoire. Le jury a particulièrement apprécié la manière dont la caméra a été maniée.

Le prix d’encouragement de CHF 10 000.–, offert par la ville de Winterthour, revient à «Automne malade / Autumn III» (France 2019) de Lola Cambourieu et Yann Berlier. Ce film illustre le chemin qui mène à la découverte de soi. Le jury l’a décrit comme une «aventure cinématographique».

Pour la première fois, les films des Kurzfilmtage sont éligibles pour le Prix du film européen attribué par la European Film Academy (EFA). C’est «Kolektyviniai sodai / Community Gardens» (Lituanie 2019), de Vytautas Katkus, qui a été nommé. Ce film jette un regard plein d’humour sur une communauté qui vit et subit des difficultés quotidiennes sans jamais oublier de profiter de la vie pour autant.

Un drame sociétal est couronné meilleur film suisse
Le jury de la compétition suisse a regardé 17 courts métrages et le prix du meilleur film suisse de CHF 10 000.–, offert par SUISSIMAGE et la SSA, a été attribué à «22:47 Linie 34» (Suisse 2019) de Michael Karrer. Un film ultra contemporain, que le jury a décrit comme «très réaliste, avec des détails très justement observés». Il a tout particulièrement souligné le recours à des comédien.ne.s non professionnel.le.s.

«Postcards from the End of The World» a su conquérir le cœur du public
Le prix du public de la ZKB a été décerné par les spectateurs. C’est le film «Postcards from the End of The World» (Grèce 2019) de Konstantinos Antonopoulos qui a obtenu le plus de voix. Il a reçu le prix du public de cette année, d’une valeur de CHF 10 000.–, offert par la Zürcher Kantonalbank.

Le prix du meilleur film des écoles de cinéma suisses décerné à une réalisation singulière
Le prix du meilleur film des écoles de cinéma a été attribué jeudi dans le cadre de la journée des écoles de cinéma suisses. La récompense, d’une valeur de CHF 5 000.–, offerte par la SRG SSR, a été attribuée à «bloc b» (Suisse 2019) de Nora Longatti, une œuvre produite par l’Ecole cantonale d’art de Lausanne (ECAL). Le jury a été convaincu par sa «réalisation audacieuse et originale» ainsi que son langage cinématographique.

Les prix du jury des jeunes sont décernés à deux courts métrages, l’un chinois et l’autre tchèque
Un jury de jeunes a regardé le programme des jeunes 12+ et 16+, élaboré spécialement pour lui et a attribué un prix d’une valeur de CHF 1000.– à un film de chacun d’entre eux. «Nan Fang Shao Nv / She Runs» (Chine/France 2019) de Qiu Yang a été récompensé dans le programme des jeunes 12+. Le film raconte l’histoire d’une jeune Chinoise qui essaie de satisfaire les attentes des autres quant à ses performances sportives. Le jury a particulièrement apprécié le contraste des couleurs chaudes et froides, qui fait ressentir de façon palpable aux spectateurs et spectatrices sa solitude et la pression qu’elle subit. «Spolu Sami / Apart» (République tchèque 2019) de Diano Cam Van Nguyen a remporté le Prix du programme des jeunes 16+. La structure de ce documentaire d’animation touchant a su convaincre le jury. Le film «Tattoo» (Iran 2019) de Farhad Delaram a obtenu la mention spéciale du jury. Il montre de façon saisissante l’oppression dont les femmes sont victimes au Proche-Orient.

Le Prix Postproduction a été attribué à un film qui questionne les origines et la famille.
Le prix Postproduction d’une valeur de CHF 20 000.–, offert lui aussi hors compétition par cinegrell et Jingle Jungle, a récompensé «FLANNERY’S» de Thabea Furrer (Suisse 2019). La réalisatrice soulève de nombreuses questions essentielles et les rend accessibles au public malgré leur complexité. Elle intègre elle-même un microcosme et convainc par son approche et son dévouement.

Un bilan réussi pour la 23e édition
Les six jours des Kurzfilmtage ont comptabilisé 17 500 entrées et accueilli plus de 650 invités du milieu du cinéma national et international. Stefan Dobler, directeur administratif des Kurzfilmtage, souligne la qualité de la cérémonie d’ouverture: «Avec nos 800 invités, nous avons mieux rempli le Theater Winterthur qu’aucune autre cérémonie d’ouverture auparavant.» La visite du Conseiller fédéral Alain Berset a également attiré le public. M. Dobler souligne tout particulièrement la fréquentation des Industry Events. «Cinéastes, distributeur.trice.s et festivals ont profité de cette plateforme pour échanger. Cela montre que nous avons bien choisi nos expert.e.s et nos thématiques.» Le projet 5x5x5 et la thématique de cette année «To Come, to Stay, to Leave» nous ont apporté une première mondiale: 5 cinéastes de 5 pays africains ont tourné 5 courts métrages dans la région en 5 semaines. Les projections ont été très fréquentées.

John Canciani a été particulièrement impressionné par les discussions qui ont eu lieu avec les cinéastes brésiliens. Le directeur artistique des Kurzfilmtage a remarqué que le public a eu plaisir à échanger sur la situation politique illustrée dans le programme Focus sur un pays. «Les débats sur la censure et la discrimination sous le régime brésilien ont été très engagés, et parfois remplis d’émotions.» Cela montre l’importance de ces discussions, y compris dans le cadre d’un événement culturel comme les Kurzfilmtage. De plus, il a constaté avec plaisir que le vaste éventail de programmes proposés ont atteint leur objectif. «Notre public est très varié, mais les retours que nous avons reçus montrent que chacun a trouvé des projections qui lui ont plu.»

La 24e édition des Internationale Kurzfilmtage Winterthur aura lieu du 3 au 8 novembre 2020.
www.kurzfilmtage.ch