Les raisins de l’espoir

Envoyé par la Communauté Européenne dans un petit village des Tatars de Crimée, un instituteur français d’origine turque s’installe en plein milieu du rude plateau Anatolien.


Ce village est isolé, hors du temps, loin des préoccupations géopolitiques de la Turquie. Ainsi, l’instituteur enseigne avec passion auprès des enfants du village, et quelques adultes en profitent aussi. Les saisons rythment la vie villageoise, égrenant leurs habitudes. Cependant, leurs terres sont en danger car elles vont être saisies par un grossiste qui a prêté de l’argent à la communauté pour un projet d’irrigation qui n’a pas pu aboutir. La visite du prêteur, aidé par un fonctionnaire scélérat, viendra bouleverser cette vie paisible et les habitants vont se déchirer afin de trouver une solution. Pour éviter cette menace, l’instituteur prend fait et causes pour le maire du village, Hodja, qui est âgé et un peu fou. Il va l’aider à réaliser son projet démentiel, celui de planter un vignoble sur ces terres arides.

Avec humanité, le réalisateur Bay Okan raconte la vie de cette communauté issue d’une minorité, inexorablement abandonnée de tous : n’ayant pas les codes et les ressources, elle risque de disparaître, accablée par les dettes. Comme dans une fable d’Emir Kusturica, la malice, la solidarité et la folie douce d’un homme permettront de survivre et de conserver l’espoir. Malgré les similitudes dans le titre avec le film de John Ford « Les raisins de la colère », adaptation du roman de Steinbeck, nous sommes loin des grands thèmes de prédilection que sont l’homme face à l’injustice, le conflit des générations et l’éclatement de la famille. Ce film est plus modeste mais reste un moment agréable qui montre que David peut encore gagner contre Goliath.

Les raisins de l’espoir

Les raisins de l’espoir
De Bay Okan
Avec Ahmet Mekin, Altan Erkekli, Norina Nobashari, Elisabeth Niederer, Yetkin Dikinclier, Baris Kocak
Spot On
Sortie le 27/04

 

"Les raisins de l’espoir" : les raisins du plus fort…
3.5Note Finale