Dans une rame de métro de Los Angeles, un wagon se trouve séparer du reste de la rame après un déraillement. Les quelques passagers essaient alors de rester en vie jusqu’à l’arrivée des secours. La tension monte rapidement quand ils comprennent que l’accident était provoqué par un terroriste qui a manifestement loupé son coup. Est-il encore avec eux ou non ?

Bien que la situation de la prise d’otages improvisée soit usée jusqu’à la corde, il est toujours plaisant de sauter dans la faille. En ajoutant une touche de terrorisme, c’est encore plus sympathique. Seulement voilà, l’histoire tourne à l’ennui, car le réalisateur utilise uniquement des stéréotypes pour les réactions de ces personnages. Préjugés à l’américaine bien entendu, puisque c’est l’origine du film. On dirait plus une propagande qu’une réalité. Il n’y a pas vraiment de suspens non plus. Les situations sont démêlées pratiquement avant qu’elles ne naissent. Il avait pourtant de quoi faire avec un sujet et surtout une introduction pareille. Mais non, la flemme ou le manque de talent de l’équipe scénario-réalisation crève l’écran. Le fait que l’intrigue se déroule en huis-clos avec des prises de vues serrées est stimulant ou du moins aurait dû l’être. Pour résumé, si vous aimez les films presque de catastrophe avec presque du suspens sur l’avenir des protagonistes et que vous êtes totalement indulgents avec les codes cinématographiques bons marché et laminés, alors passez un bon moment. Dans le cas contraire, revisionnez La Tour Infernale, au moins il y a des rebondissements ! 

 

  • Réal. : Robert Kirbyson
  • Acteurs : Nicole Gale Anderson/John Billingsley/Kunal Sharma/Kevin Sizemore
  • Distrib. : Yellow Line Studio
REDLINE : le Terrorisme pour les Nuls
2.0Note Finale