Après quatre années de tournée où Stars 80 remplit les salles, les producteurs ont décidé d’offrir une semaine de ski à tous les chanteurs.

Alors qu’ils se préparent à rejoindre l’équipe, Vincent et Antoine se retrouvent face à la justice pour recouvrement de dettes impayées d’un montant de plus d’un million d’euros. Le directeur financier est simplement parti avec la caisse sans avoir jamais payé aucune facture.
Le seul moyen de faire face est d’organiser un méga concert au Stade de France dans un délai de deux semaines.
En plus des artistes de la tournée, il faut impérativement trouver des têtes d’affiches, américaines si possible. Le choix du metteur en scène se porte sur Jean-Marc Généreux qui devrait faire péter la baraque avec son dynamisme.
Pour obtenir le Stade de France, la condition imposée par son gérant est la venue de Sabrina. Comme elle s’est retirée dans un couvent, les producteurs vont devoir la convaincre de revenir dans le monde des stars.
Un voyage aux Etats-Unis pour recruter les Kool and the Gang s’impose mais n’est pas de tout repos.
Richard Anconina toujours dans le rôle de Vincent à qui il arrive les pires catastrophes et qui reste pourtant assez calme.
Antoine est joué par Patrick Timsit, pour qui le mensonge n’est jamais qu’un moyen utile pour arriver à ses fins.
Le film n’est gratifié que de quelques extraits de chansons intégrés par le scénario lorsque, pour engranger du cash, les producteurs doivent faire chanter leurs stars dans les différentes boîtes de nuit de la station de ski.
Est-ce que le premier film qui a été un réel succès appelait une suite ? On ne peut que regretter le manque de chansons dans ce film et un scénario un peu patachon, mais applaudir sur le final qui est une apothéose.

  • De Thomas Langmann
  • Avec Richard Anconina, Patrick Timsit, Bruno Lochet, Jean-Marc Généreux
  • Wild Brunch Distribution
Stars 80 – la suite
3.0Note Finale