Si la toute 1ère réalisation de David Caviglioli et Hugo Benamozig n’est pas la comédie française de l’année, l’originalité du scénario et la distribution 3 étoiles du long-métrage permettent de passer un bon moment entre ami-e-s et de rire de certaines plaisanteries.


Après avoir réussi ses études d’anthropologue, puis expérimenté sa formation sur le terrain au travers de plusieurs expériences en compagnie de sa mère à l’étranger, Eliott décide de saisir sa chance et d’aller étudier seul, un mystérieux peuple en Amazonie : Les Otopis. Très curieux de nature et tout en ayant gardé sa naïveté malgré sa maturité, le jeune chercheur va découvrir avec étonnement, une peuplade étrange vivant au sein d’un lieu qui l’est tout autant… Quoiqu’il en soit et après de nombreux rebondissements l’empêchant de se lier rapidement avec les indigènes, Eliott se sent enfin heureux et libéré de l’emprise farouche de sa mère, Chantal de Bellabre. Mais quand ce dernier ne donne plus aucun signe de vie à son entourage, sa maman décide de partir à sa recherche en se fiant à son instinct maternel. Comme elle a un sacré caractère, entre ses rencontres avec la population locale, la gendarmerie et d’autres autochtones louches, Chantal affrontera de nombreuses embûches avant de retrouver son cher fils totalement… méconnaissable.

Si le fameux lion du groupe « Pow Wow » ne meurt pas un soir dans cette « Terrible jungle » des scénaristes et metteurs en scène, il demeure certain que les personnages principaux braveront des défis imprévisibles et qui bouleverseront leurs croyances et mode de vie changeront radicalement.

Ceci tant au sein de la fiction, que dans la réalité. Car si le délai de tournage et le budget de « Terrible jungle » furent respectés, les conditions sur l’île de la Réunion ont été parfois catastrophiques. Entre l’hôtel du casting ayant brûlé, quelques techniciens qui attrapèrent la dengue (forte fièvre due à une piqûre de moustiques), de la pluie torrentielle digne de la mousson ou encore un pied cassé pour l’une des comédiennes en tête d’affiche, l’équipe technique eu fort à se démener afin de trouver des solutions adéquates dans un délai très court.

Néanmoins, grâce aux heures supplémentaires probablement effectuées, aux forces et ressources de toutes les personnes ayant participé au tournage et à la post-production, peu de ces impondérables se perçoivent durant le long-métrage. Le seul pouvant l’être et certainement malheureusement pour l’actrice Alice Belaïdi (« Budapest »), c’est au niveau de son clopinement se percevant parfois selon les scènes où elle incarne son personnage. Les séquences avec son rôle changèrent d’ailleurs légèrement afin de lui permettre de reposer davantage son pied.

Quoiqu’il en soit et malgré tous ces rebondissements imprévus, « Terrible jungle » ne demeure pas la meilleure comédie française de l’année. Dommage, car plusieurs bonnes recettes sont inclues dans le panel scénaristique. Si effectivement la sauce des plaisanteries s’avère bien employée, de nombreuses redondances créent une impression de répétition quant aux gags filmés. Il est également regrettable que cette réalisation n’ait pas choisie pas une distribution davantage liée aux natifs-ives de l’île de la Réunion, là où le tournage eu réellement lieu.

Quant au duo entre le rôle du jeune scientifique, plein d’espoir, naïf interprété par Vincent Dedienne (« Premières vacances ») et celui de la mère extravertie, très riche et envahissante auprès de son fils, que joue Catherine Deneuve (« La Vérité »), malheureusement l’alchimie entre eux ne fonctionne pas vraiment. Si une partie des spectateurs-trices pourraient rire de certaines de leurs piques, leur dialogue respectif manque cruellement de mordant et sentent parfois trop le déjà-vu. Les vannes envoyées agiront, mais pas au point de s’esclaffer à tout moment.

Néanmoins, entre l’idée de base de l’anthropologue doux rêveur qui fera face à des indigènes très différents de son imagination, des décors réels extérieurs véritablement reculés de la civilisation ou encore cette évolution insoupçonnée dans un lieu si reculé, « Terrible jungle » divertit jusqu’à la fin.

Si le film se regarde principalement avec une bande d’ami-e-s, il ne s’adresse pas particulièrement aux jeunes enfants car il contient malgré tout, une dose d’agressivité ne leur étant pas destinée.

Au final, « Terrible jungle » laisse à penser que chacun-e a sa propre jungle à régler et qu’il n’est nullement nécessaire de voyager à l’autre bout du monde régler ses problèmes et démons. Quoique…

Terrible Jungle
FR – 2020
Aventure, Comédie
Réalisateurs: Hugo Benamozig, David Caviglioli
Casting: Vincent Dedienne, Catherine Deneuve, Alice Belaïdi
Praesens Film
29.07.2020 au cinéma

« Terrible jungle » : L’anthropologie au 21ème siècle
3.0Note Finale

A propos de l'auteur

Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

Articles similaires