The Duke est bel et bien un audacieux voleur

A lire aussi

Laurent Billeter
Laurent Billeter
Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

Basé sur un fait divers réel ayant défrayé les chroniques anglaises au début des années 60, « The Duke » relate une histoire touchante et humaine. Une belle dernière réalisation pour Roger Michell décédé en 2021, sans avoir vu son film au cinéma.


En cette année 1961 en Angleterre, la famille Bunton ne vit pas de manière aisée. Cependant, Dorothy et Kempton Bunton essaient du mieux possible de subvenir à leur besoin. Néanmoins, Kempton a un gros défaut qui les a souvent placés dans des situations délicates. Il a tendance à revendiquer beaucoup d’injustices, parfois futiles. Et sa toute dernière sur la redevance télévisée, s’avère des plus importante. Même s’il ne se sent pas suffisamment écouté, il fera son maximum afin que sa pétition obtienne le nombre de signatures voulues. Pendant ce temps-là au National Gallery à Londres, la presse est au rendez-vous pour montrer l’incroyable portrait du Duc de Wellington peint par Goya. A ce moment-là, un lien incroyable se fera entre Kempton et ce tableau car ce dernier aura l’audace de… le voler à l’insu de la direction du musée. Suite à ce vol risqué, l’entier des polices de la Grande-Bretagne rechercheront le coupable et ses raisons, mais sans la moindre piste à la base.

Hormis un documentaire sur la Reine Elizabeth qui devrait sortir également en 2022, avec « The Duke », le metteur en scène Anglo-Sud-Africain Roger Michell offre aux spectateurs-trices son dernier long-métrage puisqu’il est décédé comme mentionné dans le chapeau.

De son mythique et romantique « Nothing Hill », au dramatique « My Cousin Rachel » en passant par comédie dramatique « Un week-end à Paris », le réalisateur et producteur varia de nombreuses fois le genre de ses long-métrages. « The Duke » n’échappe pas à sa règle, même s’il se base sur un fait réel de l’époque.

En tête d’affiche de son ultime fiction douce-amère et tragi-comique, les excellents Jim Broadbent (« Gentlemen cambrioleurs ») et Helen Mirren (« L’échappée belle ») qui jouent les parents avec leur caractère respectivement, têtu et dévoué.

Si leur talent et savoir-faire se perçoivent dès les premières minutes, le jeune acteur Anglais Fionn Whitehead (« Dunkerque ») démontre également son aptitude à bien interpréter son personnage du fiston « Jackie Bunton » face aux 2 grands comédiens.

Car ce dernier va leur créer beaucoup de soucis et les placer dans certaines situations assez improbables. Au point que le père de famille sera même arrêté pour ce fameux vol, la police pensant avoir retrouvé le coupable. Néanmoins, au moment où le jugement du père débuta, la trame s’allège et devient davantage positive.

Fait anecdotique et historique par rapport à « The Duke », une allusion à un célèbre « James Bond » apparaît au sein de l’histoire. Les aficionados de la franchise la comprendront certainement. Quant aux amateurs-trices, sa découverte en restera probablement plus savoureuse.

Au niveau des lieux de tournage de cette réalisation, s’ils demeurent assez réalistes par rapport à ceux de l’époque, l’équipe technique rechercha minutieusement des endroits appropriés. Finalement, ils tournèrent dans l’enceinte certains studios à l’exemple de la scène du Tribunal, ou à Leeds, pour une grande partie des décors extérieurs.

En définitive, si ce bon film d’auteur risque de ne pas marquer les spectateurs-trices en dehors de celles et ceux ayant connu l’affaire dans les années 60, sa reconstitution soigneusement préparée vaut la peine d’être découverte grâce à sa distribution, à son charisme et à son étonnante histoire.

Une réalisation « so british » s’appréciant également pour son accent, ses petites piques et son casting qui joue au sein d’une production plus intimiste.

The Duke
ANG – 2020 – 1h20 min – Biopic, Comédie, Drame
Réalisateur: Roger Michell
Avec: Jim Broadbent, Helen Mirren, Fionn Whitehead, Aimee Kelly, Craig Conway
Pathé Films
01.06.2022 au cinéma

- Publicité -

L’Homme parfait

I’m Your Man

Elvis

THE BLACK PHONE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -