Dans la petite localité de Bouzolle (village fictif) vit une famille de roturiers, Jeff et Cathy ont trois enfants, Wilfried, Stéphanie et le petit dernier, Donald, qui nous raconte leur histoire. Aucun d’eux ne travaille, car la tradition veut qu’ils soient tous chômeurs de père en fils. Un soir, à l’heure du repas Cathy s’écroule devant la télévision. Elle vient de découvrir qu’elle a remporté la cagnotte de la loterie à numéros. Celle-ci s’élève à 100 millions d’Euros.

Sans hésiter, ils prennent leur vielle voiture et se rendent dans la Principauté de Monaco où vit la famille Rainier, dont Cathy est une fan inconditionnelle. Mal reçus à cause de leur franc-parler et de leur apparence, ils décident de s’intégrer. Pour cela, ils dépensent sans compter et cherchent à se faire des amis. Leur première idée pour mettre à bien leur projet est d’inviter leurs voisins à une crémaillère. C’est à cette occasion qu’ils font la connaissance d’une jeune femme libanaise du nom de Mouna qui leur ouvrira les portes du paradis….

Les Tuche 1

Ce premier long-métrage des aventures de la famille Tuche est surprenant. Alors que l’on s’attendait à voir un film de beaufs plein de lourdeurs, nous sommes pris par l’histoire et apprécions l’humour léger de ce film. Même si les personnages sont égocentriques, le réalisateur a su éviter le piège des exagérations et de la répétition. Seule, Claire Nadeau est agaçante dans son rôle de Mamie Suze, une grand-mère alcoolique qui parle bizarrement et n’apporte rien à l’histoire.

Ce premier film a eu l’honneur d’être nominé aux Gérard du cinéma 2012 qui récompense les films les plus irrévérencieux et délirants du cinéma français.

Les Tuche 2, Le rêve américain
Voilà cinq ans que la famille est de retour de Monaco. Nos héros ont retrouvé leurs petites habitudes. Il n’y a qu’un seul absent, Donald, le surdoué de la famille qui est parti étudier l’anglais dans une célèbre université à Los Angeles. Sur place, il a fait la connaissance de Jennifer, une fille de milieu aisé. Présenté à ses parents, il décide de mentir sur sa famille et fait croire à ses hôtes que son père est chirurgien esthétique et sa mère une femme passionnée d’art. Ce qu’il ne sait pas encore, c’est que les Tuche sont partis le rejoindre aux Etats-Unis pour lui faire une surprise…

Les Tuche 2

Ce deuxième volet est d’une nullité affligeante. Il n’y a dans ce film aucune nouveauté. Boosté par le succès du premier épisode, le réalisateur a cru bon de nous offrir une suite en Amérique. Si l’histoire commence plutôt bien, elle devient ennuyeuse une fois les Tuche arrivés à destination. L’humour est répétitif et plat. Quant aux acteurs, ils surjouent leur personnage. Face au gigantisme américain, cette histoire sans prétention perd ce qui faisait son charme dans le premier acte. La simplicité.

Conclusion
Avec plus de 1,5 million d’entrées en salles lors de sa sortie en 2011, «Les Tuche» avait été une comédie française très lucrative, d’où l’idée de faire une suite. Celle-ci a fait l’ouverture du 19ème Festival de l’Alpe d’Huez en janvier 2016, sans grand succès. Les deux Films sont disponibles à présent dans un coffret Blu-Ray collector.

Les Tuche 1 et 2

Les Tuche 1 et 2
Réalisateur: Olivier Baroux.
Avec: Jean-Paul Rouve (Jeff Tuche / Jacquou Tuche), Îsabelle Nanty (Cathy Tuche), Claire Nadeau (Mamie Suze), Theo Fernandez (Donald), Sarah Stern (Stéphanie), Pierre Lottin (Wilfried), Fadila Belkebla (Mouna), David Kammenos (Omar), Ken Samuels (Ron Carrington) & Susan Almgren (Elizabeth Carrington).
Durée du film : 2 x 95 minutes
Dinifan

"Les Tuche 1 et 2" : Comme un ouragan sur Monaco...
2.0Note Finale

A propos de l'auteur

Le cinéma est un lieu merveilleux, on y trouve de tout: des comédies (mon genre préféré), des films d'auteurs (que j'apprécie pour leur diversité), des documentaires plus ou moins passionnants, des blockbusters et d'autres types de films. Fan du cinéma français et des pays latins, j'en ai fait ma spécialité. Rédacteur depuis de nombreuses années, j'aime partager mes connaissances et découvertes. «Le cinéma est fait pour tous ceux dont la curiosité est le plus grand défaut» Claude Lelouch

Articles similaires