« Un coup de maître » porte bien son nom. Le nouveau film du réalisateur argentin, Gastón Duprat est une réussite. L’humour est omniprésent, les fresques présentées sont originales, les personnages attachants et les dialogues tranchants.


Buenos Aires est une capitale particulière. Ses habitants l’adorent mais la détestent aussi car il y a un contraste saisissant entre une modernité à l’européenne et d’étranges coutumes locales. Le monde de l’art en fait partie. C’est dans ce domaine que travaillent Arturo Silva et Renzo Nervi.

Arturo est propriétaire d’une galerie au centre-ville et connaît Renzo, depuis 1976. Ce sont des amis fidèles et ils se soutiennent mutuellement dans un domaine qui a beaucoup évolué avec le temps et qui les dépasse totalement.

Renzo Nervi exerce, quant à lui, le métier de peintre. Il est talentueux mais contestataire. Le vieil homme refuse de se soumettre aux lois du marché, même si ses œuvres ne se vendent plus. Les commandes spécifiques et les conseils des professionnels de la branche ne l’intéressent pas, il préfère s’en tenir à son imagination et travailler quand il le souhaite.

L’artiste aime les femmes et la gastronomie. Ses relations sexuelles sont fréquentes malgré son âge avancé. La nuit, il va boire des verres dans les bistrots qu’il affectionne et ne connaît pas ses limites.

Un soir, sur le chemin du retour, le surréaliste ivre se fait renverser par un camion. Emmené d’urgence à l’hôpital, «Le maître» se retrouve entre la vie et la mort.

Arturo qui a apris la nouvelle, s’empresse de le rejoindre et tente de le sauver…

Après « Citoyen d’honneur » (2017), « L‘artiste » (2011), et « L‘homme d’à côté » (2011), le réalisateur argentin, Gastón Duprat revient avec une nouvelle comédie-dramatique originale.

« Un coup de maître » est une critique du monde de l’art, de ses dérives et du snobisme en général. Nul besoin d’être un grand connaisseur en peinture pour pouvoir apprécier le film. Les œuvres sont belles et bien expliquées. On en apprend aussi beaucoup sur les techniques de l’artiste, le tout avec humour et finesse.

Gastón Duprat souhaitait réaliser une comédie dramatique alliant humour, émotion, et réflexion. Il voulait que le film traite de l’amitié et de ses limites. Bien que prenant le monde de l’art contemporain comme toile de fond, l’auteur se défend d’avoir signé une création à charge. Il a eu à coeur de réaliser une oeuvre pour le plaisir des spectateurs. Un objectif plus ambitieux et difficile que de critiquer simplement le « capitalisme« .

Les deux interprètes de « Mi obra Maestra », Guillermo Francella et Luis Brandoni, forment un duo bien connu des Argentins. Ils ont joué dans « Durmiendo Con Mi Jefe » une comédie populaire de la télévision en 2003.

Le tournage a été réalisé à Buenos Aires et dans la province de Juyjuy. Cette région, située au nord du pays, est à la fois montagneuse et désertique.

Pour son côté instructif mais simple et ses excellents acteurs, cette production est une vraie réussite.

Mi obra maestra (Un coup de maître)
ARG   –   2018   –   101 Min.   –   Comedy
Réalisateur: Gastón Duprat
Acteur: Guillermo Francella, Luis Brandoni, Raúl Arévalo
Xenix Film
20.03.2019 au cinéma

"Un coup de maître" : Une belle fresque !
4.0Note Finale