Under pressure ou l’histoire du mec accro aux jeux d’argent qui est toujours persuadé que le prochain coup sera le coup gagnant, celui qui résoudra tous ses problèmes alors qu’en réalité il ne fait que s’enfoncer chaque fois plus dans une spirale sans fin.

Nous suivons, dans ce road-movie, Gerry, un quadra au bout du rouleau, dépassé par les événements, qui cumule les dettes et compte uniquement sur un coup de chance aux jeux pour se refaire, toujours persuadé que celui-ci finira par arriver. A ses côtés, Curtis, un trentenaire séduisant et charismatique, qui cartonne dans chaque casino où il passe. En se liant d’amitié avec ce dernier, Gerry croit enfin avoir trouvé le porte-bonheur dont il avait besoin pour s’en sortir mais la réalité est-elle si simple ?

L’addiction aux jeux d’argent est un fléau dans lequel on plonge sans s’en rendre compte, toujours persuadés que nous serons l’exception, que nous serons celui qui réussira, qu’en aucune façon nous sommes accro alors qu’au fond, nous savons très bien que nous nous mentons à nous-mêmes.

En ce sens, ce film est une sorte de documentaire, un miroir de cette réalité que nous ne voulons pas voir car le personnage de Gerry est très justement le reflet de ce joueur qui se voile la face, qui est prêt à tout, même à rendre visite à son ex-femme pour essayer de lui piquer de l’argent en douce, pour jouer car il croit toujours que la roue finira par tourner.

Ce petit film indépendant ne joue pas sur des artifices ni des effets tape à l’œil, il se contente de mettre en images la vie d’un gars qui rêve du coup gagnant, qui passe d’un casino à un champ de courses à un bar, partout où il pourra jouer, partout où il pourra parier tant qu’au final, la chance finisse par lui sourire. Pour illustrer son propos, il s’appuie notamment sur une superbe performance de Ben Mendelsohn, qui interprète magnifiquement ce loser né, cet éternel rêveur qui vit dans le déni de la réalité.

Il est juste dommage que les réalisateurs n’aient poussé plus loin l’exploration de ce microcosme, insufflé un rythme plus soutenu et ajouté une plus grande variété dans le script.  Il aurait peut-être été intéressant de découvrir d’autres aspects de la vie de Gerry ou des autres personnages dont le traitement reste assez superficiel.

Néanmoins, ne boudons pas notre plaisir car ce sympathique film, contrairement à tant d’autres, ne cherche pas à nous éblouir avec un bel écrin brillant de mille feux mais vide de tout contenu. Ici, le contenu est juste tout simple et linéaire…un peu comme la vie de ce joueur!

Distributeur : Ascot
De Anna Boden et Ryan Fleck
Avec: Ryan Reynolds, Ben Mendelsohn, Sienna Miller
Bonus: Making-Of

Under pressure : né pour perdre
3.0Note Finale