Films catastrophe, combats contre la crise, épidémie de cinéma : pour sa 28ème édition le Festival International de Films de Fribourg promet une programmation d’envergure.


Avec quelques 110 films provenant de plus de 40 pays différents, Fribourg célébrera le cinéma dans sa totalité du 29 mars au 5 avril. Outre la Compétition internationale, clef de voûte du festival qui concernera aussi bien les longs que – nouveauté ! – les courts métrages, le FIFF vibrera d’une carte blanche aux frères Dardenne en leur présence (Sur la Carte de…) et d’une Histoire du cinéma iranien par ses créateurs (Hommage à…). Quatorze parmi les plus importants cinéastes iraniens ont accepté de désigner les titres fondamentaux produits dans leur pays pour une rétrospective historique qui sera notamment reprise et complétée par la Cinémathèque suisse puis le Festival international du film d’Edimbourg. À ces événements s’ajouteront les réponses à des questions qui permettent d’appréhender le monde autrement grâce au meilleur du cinéma. Quels sont les pays qui expriment leurs frayeurs par le film catastrophe (Cinéma de genre) ? Quel écho le cinéma donne-t-il à la crise économique (Décryptage) ? Quels films visionne la légende du hockey Slava Bykov pour humer sa Russie natale (Diaspora) ? Par quelle fantaisie et quel humour les jeunes cinéastes de Madagascar transcendent-ils leur condition (Nouveau territoire) ?

A chercher le meilleur du cinéma mondial contemporain avec la qualité comme unique critère, deux thèmes se sont imposés d’eux-mêmes : les catastrophes majoritairement dues à des négligences du pouvoir (Cinéma de genre : Survivre !) et la crise économique vue à travers le prisme de la résistance individuelle, plutôt que, preuve que le bout du tunnel est encore éloigné, par la comédie à la « Full Monty » (Décryptage : Petits remèdes contre la crise). Ainsi de « Finding Vivian Maier », le passionnant documentaire de John Maloof et Charlie Siskel qui accompagnera, quelques semaines après Chiasso et dans le cadre de la collaboration du FIFF avec la Bibliothèque Cantonale et universitaire (BCU), la première exposition romande et alémanique consacrée à la nounou Vivian Maier, artiste née et phénomène de la photographie depuis la découverte post mortem de son immense talent caché.

Le FIFF se régale tout autant de sa liberté de programmation absolue quand il s’agit de puiser dans sa longue tradition de révélateur des cinématographies émergentes. Le FIFF proposera, dans ses Séances spéciales, des Séances de minuit croquignolettes, des films pour enfants à l’enseigne d’un FIFFamille consacré à l’Amérique latine ou encore des liens méconnus entre la Suisse et l’étranger sous le label Passeport suisse.

Enfin, après Olivier Père pour Locarno et Anaïs Emery pour le NIFFF, c’est Carte blanche à Visions du Réel et Luciano Barisone, le directeur artistique, qui présentera un film qui a changé sa vie. Et son titre ne sera pas l’un des moins surprenants du FIFF 2014 : « Easy Rider » de Dennis Hopper.

28ème FIFF 2014 - Easy Rider

28ème FIFF 2014 – Easy Rider

Pour finir, le festival développe, avec FIFF Forum, soutenu par la SSR pour la première fois cette année, sa part professionnelle avec la tradition des ateliers du lundi, consacrés cette année à l’écriture de scénario sous l’angle de l’adaptation d’histoires vraies. Une masterclass avec Jean-Pierre et Luc Dardenne et une analyse de la grammaire et de l’idéologie des films catastrophes viendront, entre autres, compléter cette part pédagogique essentielle.

Cette année encore, le FIFF, devenu un rendez-vous incontournable pour tous les publics, ainsi que pour les cinéastes, les journalistes et les partenaires locaux et étrangers, attend plus de 35’000 spectateurs. Rejoignez-les, vous ne le regretterez pas !

28ème FIFF
Fribourg
Du 29/03 au 05/04

www.fiff.ch