La nouvelle réalisation de Robert Rodriguez est surprenante. Inspirée du Manga «Gunnm» cette nouvelle aventure en 3D nous transporte dans un monde futuriste et cruel. Les décors sont originaux, le scénario est crédible et les héros du film sont attachants.


«Alita: Battle Angel» n’est pas un film comme les autres. Cette production mêle à la fois, action, arts martiaux et science-fiction.

Dans la ville industrielle d’Iron City, une métropole futuriste, vit le Docteur Dyson.
Ce Médecin-bricoleur a la responsabilité de réparer les cyborgs abîmés et démembrés. Lors d’une de ses visites à la décharge publique, le vieil homme découvre au beau milieu des décombres, le corps d’une jeune fille.

Pressé de la reconstituer, Dyson la ramène chez lui et réactive son système. La jeune cyborg a totalement perdu la mémoire. Dotée d’une technologie disparue depuis trois siècles et de capacités hors du commun, la jeune fille se fait très vite remarquer par les autorités qui cherchent par tous les moyens à la supprimer.

Pour réaliser son dernier long-métrage, Robert Rodriguez, s’est inspiré d’un célèbre Manga japonais de Yukito Kishiro. Le Seinen cyberpunk «Gunnm» (Rêve d’une arme) a été créé pour les jeunes adultes en 1990. Paru dans le magazine «Business Jump» de l’éditeur Shüeisha, le manga a été compilé en neuf volumes. La particularité de cette série réside dans sa violence extrême et sa sombre vision de l’humanité.

James Cameron (Avatar, Titanic) envisageait depuis longtemps, d’adapter cette suite d’histoires sur grand écran. Faute de temps, il a finalement confié la réalisation du film à son collègue Robert Rodriguez. Le scénariste et producteur américain avait déjà réalisé des films prometteurs (Sin City 1 & 2, Desperado, Spy Kids et Une nuit en enfer). Son style particulier et sa personnalité atypique ont joué en sa faveur lors de la sélection.

Robert Rodriguez a été impressionné par les prémices visuelles qui lui ont été présentées. Pour donner du style à l’histoire, le cinéaste a réduit la taille du script. Certaines scènes ont été enlevées et d’autres ont été totalement réécrites. Le metteur en scène à mis en avant l’aspect humain des personnages principaux en leur donnant des sentiments.

L’univers mystérieux dans lequel vivent les héros est partagé en deux mondes bien distincts. Il y a les pauvres qui tentent de survivre au milieu des déchets métalliques et l’élite de la cité spatiale «Zalem» qui les domine tout en les surplombant. Leur chef, Nova, emploie des chasseurs de prime pour maintenir l’ordre.

«Alita: Battle Angel» est le fruit d’une collaboration entre les équipes de Cameron (Lightstorm) et Rodriguez (Troublemaker). Pour créer les décors, ils ont conçu un plateau représentant la ville entière. La société Weta Digital a été mandatée pour les effets spéciaux.

Zendaya, Malika Monroe et Bella Thorne étaient initialement prévues pour tenir le rôle principal, mais c’est finalement l’actrice Rosa Salazar qui a été sélectionnée pour interpréter Alita. La comédienne est connue pour avoir joué dans deux sagas du même genre: «Divergente» et «Le labyrinthe». A ses côtés nous trouvons Christoph Waltz (Django Unchained, Inglorious Bastards), Jennifer Connely (Un homme d’exception, Blood Diamond) et Mahershala Ali (Green Book, True Détective) qui sont convaincants dans leurs rôles respectifs.

«Alita Battle Angel» a coûté 200 millions de dollars ! C’est le film le plus cher réalisé par Robert Rodriguez, devant «Sin City: J‘ai tué pour elle» et ses 65 millions de budget.

Cette superproduction est une réussite. Le suspense est omniprésent, les personnages puissants, la musique adaptée et les effets spéciaux en 3D de qualité.

Alita: Battle Angel
USA – 2017 – Action/Aventure/Romance
Réalisateur: Robert Rodriguez
Acteur: Christoph Waltz, Mahershala Ali, Ed Skrein, Eiza González, Rosa Salazar, Lana Condor
20Th Fox

"Alita Battle Angel" : Manga à l'américaine !
3.5Note Finale

A propos de l'auteur

Le cinéma est un lieu merveilleux, on y trouve de tout: des comédies (mon genre préféré), des films d'auteurs (que j'apprécie pour leur diversité), des documentaires plus ou moins passionnants, des blockbusters et d'autres types de films. Fan du cinéma français et des pays latins, j'en ai fait ma spécialité. Rédacteur depuis de nombreuses années, j'aime partager mes connaissances et découvertes. «Le cinéma est fait pour tous ceux dont la curiosité est le plus grand défaut» Claude Lelouch

Articles similaires