4 ans après « Dead in Tombstone », le réalisateur Roel Reiné et l’acteur Danny Trejo reprennent du service pour une suite qui est loin d’être audacieuse et palpitante. Un long-métrage qui ne mérite même pas l’appellation de nanar.

Suite à un contrat conclu avec Satan, pour notamment venger la mort de son frère, le hargneux Guerrero Hernandez revient pour affronter certains démons hostiles du Far West. Mais pour ce faire, il devra renouer les liens perdus avec sa famille, accepter une possible rédemption et tenter de comprendre les vils objectifs des démons.

« Dead Again in Tombstone : Le Pacte du Diable » est le 4ème tournage commun entre le cinéaste et l’acteur susmentionnés et il n’est guère surprenant d’apprendre que tous leurs films sont directement passé par la case DVD-BR en tout cas pour la Suisse romande. Pour réaliser ce long-métrage, le metteur en scène néerlandais et l’équipe technique firent preuve d’une légère inspiration. À savoir, monter un bison durant une courte mais sympathique séquence. Évidemment, pour ce faire, il faut avoir un bon réseautage et c’est le dresseur de chevaux Dwayne Wiley qui suggéra ce concept plutôt novateur. Ce dernier fut d’ailleurs aussi occasionnellement la doublure de Danny Trefo pour monter le bison, celui-ci étant vite récalcitrant quant aux humains lui grimpant dessus.

Tourné à Alberta, le seul autre point positif en sus du bison, a été les paysages. Certains plans sont magnifiques et donnent vraiment envie de découvrir cet état canadien encore assez méconnu en Europe. Quant aux décors extérieurs, ils sont plutôt respectés, mais se limitent à de simples façades au sein des principales rues. Les maquillages des zombies ne méritent pas vraiment une analyse tant ils sont peu créatifs. Il en va de même pour les blessures des comédiens-iennes et même des tenues de l’époque western qui ne donnent pas toujours l’impression d’être adaptés aux personnes les portant.

Si « Dead Again in Tombstone : Le Pacte du Diable » semblait bien correspondre à un long-métrage amusant et convenable, l’ennui et la somnolence font vite place à l’envie de découvrir cette nouveauté. Bourré de clichés, tels que les femmes avec d’imposants décolletés ou encore de gentils héros revenant à la vie, le pire reste le casting. Avec « Dead in Tombstone », Danny Trejo était entouré d’acteurs plus reconnus comme Mickey Rourke (« Sin City : J’ai tué pour elle »). Mais cette suite montre que tout le monde ne sait pas forcément bien interpréter son rôle face aux caméras. Ou tout du moins, qu’il est aussi parfois difficile de bien diriger les protagonistes. Ce sentiment en découle notamment parce que certain-e-s d’entre eux-ellessurjouent physiquement et que leurs textes énoncés ne sont pas toujours fluides. Qui plus est et parfois de façon trop évidente, de faux raccords se décèlent rapidement dénaturant ainsi encore plus le film. Bien d’autres points négatifs seraient à relever, mais le plus impensable est lié aux artifices du maquillage utilisés afin de vieillir une actrice. La différence d’âge entre la réalité et la fiction s’en ressent tellement, que cette représentation en est d’emblée absurde.

« Dead Again in Tombstone : Le Pacte du Diable » aurait pu être mieux tourné, dirigé et interprété. Ainsi, imbriquer plus de séquences avec l’accord des animaux et de leurs dresseurs et filmer davantage les chevauchées avec le bison auraient été plus adaptés par rapport au récit. Bien que le numérique soit très peu présent, heureusement, car la réalisation aurait été encore plus calamiteuse, le peu d’effets visuels du genre est pitoyable et mal conçu.

À noter que le Blu-Ray contient effectivement quelques bonus paraissant riches et intéressants alors qu’en réalité, ce n’est pas le cas. Les commentaires audios font rarement les parallèles avec les moments du film, les scènes coupées ne signifient pas grand-chose et sont difficilement interprétables. Enfin, le temps complet des bonus est au final très court.

Malgré tout, cette œuvre cinématographique pourrait bien divertir et ravir certain-e-s spectateurs-trices audacieux-euses. Les personnes appréciant les westerns explosifs ou encore l’ajout des zombies peuvent rendre l’histoire plus excitante. La trame et le côté sanglant ne sont guère choquants, toutefois certaines âmes sensibles et les plus jeunes pourraient s’en sentir surpris, voire choqués. À visionner donc entre ami-e-s pour une soirée pop-corn ou avec ses parents lorsque l’âge n’est pas forcément adapté.

 

  • Dead Again in Tombstone : Le Pacte du Diable
  • Réalisateur : Roel Reiné

 

Dead Again in Tombstone : le Pacte du Diable, mais où est le Diable ?
1.0Note Finale

A propos de l'auteur

Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

Articles similaires