into-the-woods


Le Petit Chaperon rouge, Cendrillon, Jack et le Haricot magique, Raiponce ; les quatre contes revisités par Rob Marshall servent une thématique centrale sombre dans une comédie musicale Disney qui tire en longueur.


Adapté de la pièce à succès de Broadway de 1986, Into The Woods revisite les contes des frères Grimm et de Perrault sur un ton plus noir et plus adulte. Inspiré par le discours d’Obama à l’intention des familles des victimes des attentats du 11 septembre, le réalisateur américain décida de centrer sa comédie musicale sur la thématique du soutien d’autrui face à la solitude et au deuil.

L’auteur de Chicago et Nine s’est merveilleusement entouré avec un casting étoilé, qui comprend Emily Blunt, Chris Pine, Anna Kendrick, James Corden ou encore Johnny Deep en Grand Méchant Loup. Le projet a même réussi à convaincre Meryl Streep de porter les ongles crochus de la sorcière. Cette dernière jette un mauvais sort à un boulanger et à sa femme, leur empêchant d’avoir un enfant s’ils n’arrivent pas à lui ramener les quatre ingrédients miracles avant la pleine lune, ce qui est censé lui faire retrouver sa beauté. Tout au long de cette quête se croiseront les quatre contes que nous connaissons, sur fond de chansons assez ennuyeuses et répétitives, à l’image du long métrage.

into-the-woods-9

Ce long métrage aurait d’ailleurs dû se contenter de la première heure tant la deuxième est un flottement immense. Après le croisement des contes et le dénouement de l’intrigue du boulanger, on pensait que le film finirait là et qu’on aurait passé un moment agréable, certes inégal, mais porté par des premiers et seconds rôles intéressants. Que nenni. C’est à ce moment précis que la comédie musicale prend une allure dramatique, plus adulte et plus sombre, ce qui permet à Marshall d’aborder les thèmes qu’il voulait développer. Malheureusement, ces derniers sont tellement mal exploités et le rythme s’avère tellement décousu que l’ennui se fait vite sentir. On se sent presque dans un état de malaise tant l’on sent le réalisateur en roue libre. Marshall essaie de broder et de se dépatouiller de son histoire en infligeant des évènements dramatiques à ses personnages, sans réelle profondeur.

Pourtant, les acteurs sont très bien dirigés et campent des personnages attachants et mémorables. Emily Blunt et James Corden incarnent parfaitement ce couple de boulangers qui subit les péripéties de l’histoire. Chris Pine est à mourir de rire en Prince Charmant sûr de lui et les belles sœurs de Cendrillon sont mémorables.

INTO THE WOODS

On soulignera une petite réserve à propos de Meryl Streep, qui ne s’avère pas à la hauteur de ses prestations habituelles et qui en fait parfois trop, ainsi que de Johnny Deep que l’on voit trop peu (une dizaine de minutes), alors qu’il incarnait avec brio un Grand Méchant Loup au costume extravagant. Dommage, surtout après son écart dans Mortdecai.

Restent les fabuleux décors, les interprétations ainsi que l’humour sur fond d’autodérision pour sauver le film. Un bon point d’écriture à souligner, que d’apporter un peu de légèreté et de décalage dans une comédie musicale sur les contes pour enfants. Les princes charmants ont d’ailleurs la meilleure scène quand ils commencent tous deux à chanter leur ego surdimensionné et se mettent en scène au sommet d’une cascade. Le climax du film.

princes

Into The Woods
De Rob Marshall
Avec Meryl Streep, James Corden,
Emily Blunt, Anna Kendrick, Johnny Depp
Disney
Sortie le 28/01

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=2Byk9Is3TjY]

A propos de l'auteur

Articles similaires