21.6 C
Munich
dimanche, mai 26, 2024
- Publicité -

« La Mule » : L’argent ne fait pas le bonheur, mais y contribue

Laurent Billeter
Laurent Billeter
Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

Environ 1 an après la sortie de son dernier film, Clint Eastwood est de retour devant et derrière les caméras. Loin des actes de bravoure qu’il relate souvent, « La Mule » se rapproche beaucoup plus de « Gran Torino » pour son côté humain et touchant.


Jusqu’à présent, Earl Stone arrivait à faire vivre sa famille grâce à ses fabuleuses plantations florales. Raflant plusieurs prix, un concurrent de taille arrivera malheureusement à couler son entreprise : internet. Décidant de ne pas surfer sur cette mode, devenu fauché et en froid avec sa famille, il acceptera un boulot étrange, mais fort bien payé. Sans trop se poser de question, il devint chauffeur routier, sauf qu’il n’a absolument pas le droit de toucher et de voir sa marchandise. Car en réalité, il travaille pour un cartel mexicain. Doué dans son nouvel emploi et s’enrichissant le temps passant, sa réussite inquiétera toutefois ses employeurs. À tel point, qu’il sera surveillé en toute impunité durant ses déplacements. Parallèlement, la DEA (Drug Enforcement Administration) s’en mêlera et mettra davantage le retraité sous pression. Il devra donc ruser encore plus afin d’acheminer sa marchandise sans se faire arrêter, ou pire, tuer.

Léornardo Sharp, alias Léo Sharp et surnommé « El Tata » par le cartel de drogue de Sinaloa, avait défrayé les chroniques de la presse américaine en étant devenu « le plus vieil homme passeur de drogue » connu. Un sobriquet dont Léonardo se serait certainement bien passé. Mais, après avoir été décoré pour sa bataille en Italie durant la Seconde Guerre mondiale et être devenu horticulteur en faillite, il dut se résoudre à devenir une mule afin d’avoir de quoi se sustenter et un toit. C’est ainsi qu’il devint le passeur le plus âgé et berna la DEA en transportant à chaque fois, une bonne centaine de kilos de drogue. Finalement arrêté en 2011 à presque 90 ans, Léo plaida coupable et proposa d’effectuer sa peine dans une prison à Hawaï afin s’occuper des plantations de papayes. Une étrange proposition, mais en fin de compte, refusée par la Cour américaine. Il fut donc incarcéré dans une prison et relâché en 2015 à cause de sa santé se détériorant. Puis, il mourut fin 2016.

Évidemment, tous ces faits réels relatés par le « New York Times » ne sont pas repris au sein de cette adaptation. Mais le scénariste Nick Schenk, celui de « Grand Torino« , avait été séduit par le vécu de cet homme et le respect mutuel qu’il avait créé entre le cartel de Sinaloa et leur mule favorite. Quand le scénario fut achevé, il était évident pour Nick Schenck que le rôle principal reviendrait à Clint Eastwood, et ce, même si ce dernier n’avait plus tourné face aux caméras depuis « Une nouvelle chance » en 2012.

Les acteurs-trices entourant Clint Eastwood, demeurent tout autant efficaces. Même si leurs personnages restent davantage secondaires, Laurence Fishburne (« John Wick 2″), Bradley Cooper (« A Star is Born« ) ou encore Taissa Farmiga (« La Nonne« ) prouvent leur talent et polyvalence cinématographique. Toutefois, le comédien offrant la performance la plus intense, est l’Argentin Ignacio Serrichio (« Bones« ). Car son visage a beau être dénué d’émotions, il sera difficile aux spectateurs-trices de ne pas ressentir ses sentiments au niveau de son regard.

Étonnamment, l’intrigue de « La Mule » contient une bonne dose de sarcasme. Ce qui rend l’histoire un peu plus légère et supportable par rapport à la vie retracée et très difficile, d’ « Earl ». Le public allant voir ce long-métrage, pourrait ressentir l’envie de lui crier d’arrêter de faire sa reconversion et de tenter de trouver autre chose.

Quoiqu’il en soit, « La Mule » s’adresse à des spectateurs-trices appréciant les réalisations de Clint Eastwood et aux gens voulant découvrir davantage ses œuvres. Sa nouvelle performance est déjà un succès aux Etats-Unis. Il est donc fort probable que cela soit également le cas en Europe. Car cette approche à moitié autobiographique, plaira à un grand nombre de personnes curieux d’en savoir plus quant à l’affaire « Léonardo Sharp ».

La Mule (The Mule)
USA   –   2018   –   Crime
Réalisateur: Clint Eastwood
Acteur: Bradley Cooper, Clint Eastwood, Taissa Farmiga, Michael Peña, Andy Garcia, Alison Eastwood, Laurence Fishburne, Dianne Wiest, Clifton Collins Jr., Manny Montana
Warner Bros
23.01.2019 au cinéma

- Publicité -
- Publicité -