Mis sur la touche par la sortie du dernier film de Ridley Scott : Alien : Covenant en mai dernier, le projet de Neil Blomkamp et Sigourney Weaver de construire une intrigue basée sur une confrontation entre des aliens et l’humanité n’est pas encore tombé à l’eau car les studios Oats, propriété de Neill Blomkamp ont dévoilé ce matin la première partie d’un court-métrage très intéressant.

Rakka, c’est le titre de ce nouveau projet qui nous envois en 2020, période à laquelle la planète Terre est totalement dévastée après l’arrivée d’Aliens sur son sol. Des entités surnaturelles qui ont pris possession du pouvoir et dominent l’humanité, contrôlant à la fois ses ressources mais également ses esprits grâce à un étrange procédé de télépathie.

Vous l’aurez compris, c’est un court-métrage de science-fiction particulièrement bien ficelé, réalisé par Neill Blomkamp, réalisateur également de District 9 et Elysium. Un projet de longue date qui permet au metteur en scène de collaborer avec Sigourney Weaver, star de la première trilogie Alien. Ce premier court-métrage fait partie d’une série de trois courts durant chacun environ vingt minutes.

Le réalisateur a également expliqué pourquoi cette série de courts-métrages serait diffusée sur la plateforme de vidéo en ligne Steam, permettant aux internautes de donner leur avis sur l’œuvre et d’en changer l’issue à leur guise:

« Après y avoir pensé pendant longtemps, j’en suis venu à cette conclusion. J’avais besoin d’un espace où vendre ces courts-métrages et il m’apparaissait évident que iTunes ou tout autre marché de ce genre manquaient cruellement de moyens concernant d’autres œuvres que des films en soi. Pour le dire autrement : ils ne donnent pas aux utilisateurs la possibilité d’explorer les coulisses des œuvres de façon poussée. Plus je pensais à ça, plus l’idée se concrétisait en ces mots : « Et si les utilisateurs avaient accès à tous les fichiers 3D utilisés pour les effets spéciaux ? ». Et si on abandonnait cette idée d’un achat unique et définitif et que l’on pouvait créer des choses par soi-même ? Et si on donnait au public tous les rushs du film en une seule fois et qu’on lui permettait de retravailler et remonter tout ça par lui-même ? Des fragments de bande-son, des voix d’acteurs : j’avais juste envie d’ouvrir les vannes et de laisser les gens jouer avec ça. Après avoir compris qu’iTunes et toutes ces plateformes n’étaient pas le bon moyen pour atteindre cet objectif, j’ai commencé à réfléchir à la plateforme de jeu vidéo Steam J’ai toujours trouvé que Valve était une très bonne compagnie et j’ai beaucoup de respect pour elle. C’est pourquoi nous avons commencé à travailler avec Steam et à mettre des éléments en ligne sur cette plateforme, et c’est la route que nous avons emprunté ces deux dernières années. ».

On se retrouve finalement face à un nouveau procédé de distribution et de participation social qu’utilise Neil Blomkamp qui souhaiterait par ailleurs donner une suite à son film, sans toutefois passer par les Studios Oats… affaire à suivre !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.