Avec un visuel bien travaillé et des acteurs jouant avec justesse, Oblivion convainc, malgré un scénario peu solide.



Le 14 mars 2077, c’est-à-dire, cinq ans après l’effacement obligatoire de la mémoire, Jack Harper (Tom Cruise) est toujours hanté par ses rêves. Il vit en binôme avec Victoria qui partage sa mission. La planète Terre a été victime, un demi-siècle auparavant, de l’invasion des Chacals qui ont détruit sa lune protectrice. La planète bleue a sombré dans le chaos, après que des tremblements de terre aient démoli les villes en quelques heures. Les tsunamis ont ensuite balayé ce qui en restait. C’est durant ce moment, où le monde était vulnérable, que les Chacals se sont emparés de la Terre. Les survivants ont alors décidé d’utiliser l’arme nucléaire. La guerre a été gagnée, mais les Hommes ont perdu leur planète. En effet, elle est désormais radioactive et en majeure partie inhabitable. Partis dans l’espace, ils ont construit une station spatiale de transit surnommée la «Tête» qui est le centre de contrôle des missions pour les départs vers « Titan », une grosse lune de Saturne, où les Hommes désirent recréer la vie. Cependant, cette histoire tragique va être bouleversée par un événement inattendu…

Tom Cruise tient le premier rôle dans ce film de science-fiction. Comme à son habitude, il arrive à déjouer tous les pièges qui lui sont tendus. Il joue bien sans en faire trop. Sourire aux lèvres, avec une langue bien pendue, il mène les missions qui lui sont confiées avec facilité. Morgan Freeman est aussi de la partie, mais on ne le voit qu’en deuxième partie de film. Le scénario est original, mais pas très crédible. Il reste beaucoup de zones d’ombre sur le passé de Jack et ses relations amoureuses. Une bonne partie du mystère est éclaircie en fin de projection, mais cela n’est pas suffisant pour que la compréhension du spectateur soit entière. Les décors futuristes sont impressionnants et diversifiés. Les drones sont bien construits et adaptés à l’histoire. Les paysages, censés représenter le futur, sont simples. Ce mix, composé de déserts et de ruines, est un classique du genre. Une seule partie du monde est représentée, les États-Unis bien sûr.


Le projet devait initialement être produit par Disney, sous le nom de «Horizons», qui voulait en faire un film familial, mais c’est finalement les Studios Universal qui ont acquis les droits. Le réalisateur, Joseph Kosinski, a pu donc librement adapter en long-métrage son propre roman graphique intitulé « Oblivion », co-créé avec Avid Nelson. Budgété à plus de 120 millions de dollars, cette super-production a été tournée en Louisiane, à Hawaï sur l’île de Maui, ainsi qu’en Islande. Un cratère vieux de 10 000 ans a servi de doublure au stade détruit par les extraterrestres. L’équipe du tournage s’est attelée à remplir ce paysage nu de gradins.

Joseph Kosinski et Claudio Miranda, directeur de la photographie, ont souhaité mettre l’accent sur l’interprétation des comédiens et les décors. Pour ce, ils ont tourné avec une caméra inédite à la résolution quatre fois supérieure à n’importe quel autre outil numérique. Sa précision est telle qu’elle permet d’obtenir la profondeur de champ nécessaire pour une projection IMAX. Si cette production futuriste intrigue au départ, on retrouve vite ses repères avec un univers proche des films «Mad Max», «Tron, l’héritage» et «Star Wars».

Le film disponible en version Blu-Ray et 4K Ultra HD, contient quelques bonus : les scènes coupées, le Making of d’Oblivion intitulé «promesses d’un nouveau monde», les commentaires du film de Tom Cruise et du réalisateur, ainsi que la bande originale isolée « M83 ».

Réalisateur: Joseph Kosinski
Avec: Tom Cruise (Jack Harper), Olga Kurylenko (Julia), Morgan Freeman (Malcolm Beech), Andrea Riseborough (Vika), Nicolaj Coster-Waldau (Sykes), Melissa Leo (Sally), Zoë Bell (Kara), James Rawlings (Survivant), Catherine Kim Poon (Contrôleur NASA), Fileena Bahris (survivante), John L. Armijo (contrôleur au sol), Jaylen Moore (opérateur radio), Efraiem Hanna (touriste) & Julie Hardin (bibliothécaire).
Distributeur: Universal
Durée: 126 minutes

« Oblivion » ou la révolte intérieure...
3.0Note Finale

A propos de l'auteur

Le cinéma est un lieu merveilleux, on y trouve de tout: des comédies (mon genre préféré), des films d'auteurs (que j'apprécie pour leur diversité), des documentaires plus ou moins passionnants, des blockbusters et d'autres types de films. Fan du cinéma français et des pays latins, j'en ai fait ma spécialité. Rédacteur depuis de nombreuses années, j'aime partager mes connaissances et découvertes. «Le cinéma est fait pour tous ceux dont la curiosité est le plus grand défaut» Claude Lelouch

Articles similaires