OSCARs : Will Smith, symbole du cinéma après Covid ?

A lire aussi

Carlos Mühlig
Carlos Mühlig
Depuis des nombreuses années, Carlos Mühlig met son savoir faire journalistique et en matière de communication au service de sa passion pour le 7ème art.

Les Oscars ne pouvait pas s’attendre à mieux pour faire parler de sa cérémonie. Après des années en chute libre avec des tristes audiences , cette année, la cérémonie jouait sa dernière carte et quoi de mieux pour se relancer qu’une polémique à l’américaine, digne d’un film des années 50 où les gifles, le racisme et le sexisme étaient d’une normalité à choquer plus d’un de nos jours.


C’était la soirée du cinéma à gros budget et pourtant ce dernier s’est pris également une gifle. Les « petits » et le streaming sont les grands gagnants, comme si la nouvelle génération donnait une leçon aux vieux qui sont restés encore dans une époque dépassée où le mot à la bouche était et l’est encore : C’ÉTAIT MIEUX AVANT !

Pour commencer, « CODA » produit par Apple TV+, décroche l’Oscar suprême du meilleur long métrage. Un film à petit budget de la réalisatrice américaine Sian Heder sur la vie compliquée d’une famille sourde et de sa fille entendante. Ça vous dit quelque chose ? C’est normale, c’est l’adaptation du film français « La Famille Bélier« . Comme quoi, les français ont des bonnes idées mais peut-être pas pour se vendre à l’étranger. Apple TV+ pourra les remercier car grâce à eux aussi, la plateforme de streaming devient la toute première à emporter un OSCAR dans la catégorie reine.

Du côté des acteurs, l’américaine Jessica Chastain remporte l’Oscar de la meilleure actrice pour « Dans les yeux de Tammy Faye » et son rôle de télévangéliste au grand cœur et au maquillage outrancier.

La réalisatrice de « CODA », Sian Heder, remporte aussi l’Oscar du meilleur scénario adapté et l’acteur Troy Kotsur, sourd de naissance, le trophée du meilleur second rôle.

La Néo-Zélandaise Jane Campion remporte pour sa part l’Oscar de la meilleure réalisatrice pour son western psychologique « The Power of the Dog ». La cinéaste n’est que la troisième femme à recevoir cette récompense prestigieuse, un an seulement après Chloé Zhao et 12 ans après la pionnière Kathryn Bigelow pour « Démineurs ».

Le prix du meilleur film d’animation est revenu à « Encanto, la fantastique famille Madrigal » de Disney, qui raconte les aventures d’une adolescente ordinaire, Mirabel, née au sein d’une famille dont chaque membre est doté de pouvoirs magiques, au cœur des montagnes colombiennes.

Et pour finir, puisque tout le monde a retenu que lui, c’est Will Smith qui remporte l’Oscar du meilleur acteur, pour son rôle dans « La Méthode Williams« . Il incarne dans le film le père entraîneur des championnes de tennis Serena et Venus Williams.

Et la Suisse ?
Pas d’Oscar pour le court-métrage suisse « Ala Kachuu » de la réalisatrice germano-suisse Maria Brendle. Nominé pour un Oscar dans la catégorie court métrage, le film n’as pas convaincu et n’a pas remporté de récompense dimanche à Hollywood. La statuette est revenue au film « The Long Goodbye » du réalisateur britannique Aneil Karia.

Le palmarès complet :

– Meilleur film: « CODA »
– Meilleure réalisatrice: Jane Campion, « The Power of the Dog »
– Meilleure actrice: Jessica Chastain, « Dans les yeux de Tammy Faye »
– Meilleur acteur: Will Smith, « La Méthode Williams »
– Meilleur acteur dans un second rôle: Troy Kotsur, « CODA »
– Meilleure actrice dans un seconde rôle: Ariana DeBose, « West Side Story »
– Meilleur film international: « Drive my car » (Japon)
– Meilleur film d’animation: « Encanto« 
– Meilleur documentaire: « Summer of Soul »
– Meilleur scénario original: « Belfast« 
– Meilleur scénario adapté: « CODA »

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -