Le nouveau Disney avec cette fois une histoire basée sur une légende maori.


Nous suivons ici les aventures d’une fillette qui grandit avec l’idée fixe de naviguer pour calmer sa curiosité d’aventurière. À 12 ans, elle trouve enfin le moyen, aidée par la chamane du coin, de sauter dans une embarcation de pêche et d’atteindre un but fantasmé de destination. À noter, qu’elle est douée pour la navigation, la gamine quand même.

Je ne sais pas vous, mais je suis certaine d’être incapable de faire tenir un cap et m’occuper de la voilure en une fois, seule et sans préparation. Ensuite, c’est clairement le retour agréablement oublié des Disney chantant toutes les trois minutes ! C’est toujours aussi exaspérant. Revenons à la donzelle, qui accoste sur une île, toujours avec autant de dextérité, y trouve un demi-dieu (normal) menteur et roublard cherchant à s’enfuir de cette terre ceinte.

Une aventure faite pour ceux qui sont épris de soleil, de vacances, de chansons et d’une capacité absolue à écarter toutes logiques et vraisemblance d’un scénario. Sans que ce soit pour autant de l’absurde, Vaiana vit tous ses événements flanquée d’un cochon et d’un coq de troisième génération consanguine. Les enfants adorent, les parents endurent. Quel est le message ? Une ado peut-elle faire toutes les bêtises du monde du moment qu’elle vit une quête ? En même temps, si on considère les héros enfants ou ados de la firme, le comportement global de cette héroïne est plausible. Tarzan saute de branche en branche à moitié à poil, Cendrillon ne respecte pas l’heure de rentrée, Aurore ment à ses tantes, Elsa envoie valdinguer ses responsabilités de cheffe d’état à peine le couronnement effectué, Simba va pile dans la zone interdite par son père, Violette et Flèche se cachent dans un avion au lieu de garder leur petit frère, Raiponce fait le mur, Aladdin est un voleur et un menteur et enfin la fée Clochette est capricieuse, pour ne citer qu’eux. Seul le côté initiatique du passage de l’enfance à la vie adulte qu’est l’adolescence est vraiment intéressant. Après l’animation, est très correcte, en même temps, c’est un film sortant directement des studios de la société ayant pour mascotte une souris noire parlante. Je vous laisse réfléchir à tout ça. N’oubliez pas de prendre une bouée et jetez-vous à l’eau !

 

  • Un film de Ron Clements et John Musker
  • Distributeur : Disney
  • Durée : 1h47
  • Image : 1080p HD – 16/9 – 2.39:1
  • Son :  DTS HD HR 7.1 Français / DTS-HD- Master audio 7.1 Anglais
  • Sous-titres : Français, Anglais
  • Bonus : Court-métrage : RAISON, DERAISON – La partie de pêche – Les voix des îles du Pacifique – Les choses que vous ne savez pas… – A la mode des îles du Pacifique – Les défis techniques du film – La musique de VAIANA – Chanson coupée – La pêche aux « Easter eggs » – Scènes coupées – « How Far I’II Go – Commentaires audio
Vaiana : La Légende du bout du monde
4.0Note Finale

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.