Après «Embrassez qui vous voudrez» sorti en 2002, Michel Blanc nous propose une suite divertissante et pleine de rebondissements…


Dans ce nouveau long-métrage de Michel Blanc, Lucie (Carole Bouquet) a quitté Jean-Pierre et vit à présent avec Julien (Jean-Paul Rouve), un homme bizarre qui gère un bar à Paris. Souvent absent et nerveux, son nouvel amant lui mène, lui aussi, la vie dure.

Alex (William Lebghil), le fils de Julien a mis enceinte, une lycéenne de dix-sept ans, qui n’est autre que la fille de Véronique (Karin Viard), une veuve hystérique à la recherche d’un emploi stable et d’un nouveau compagnon.

Nous retrouvons Elizabeth (Charlotte Rampling) et Bertrand (Jacques Dutronc), un couple d’un certain âge que nous avions découvert dans le premier volet de la série. Bertrand a des soucis avec la justice et Elizabeth apprend que son mari les a ruinés, car il a trompé le fisc.

«Voyez comme on danse» est une comédie à l’état pur. Les personnages font partie de familles parisiennes qui se côtoient et dont les membres sont reliés les uns aux autres par leurs problèmes personnels.

Seize ans après «Embrassez qui vous voudrez» tiré du roman «Vacances anglaises» de Joseph Connolly, l’acteur et réalisateur français, Michel Blanc nous offre une suite originale basée sur une autre histoire du célèbre romancier britannique: «N’oublie pas mes petits souliers».

Contrairement au livre, l’intrigue du film se situe à une période éloignée dans le temps, les personnages ont ainsi pu évoluer. L’idée de les retrouver quinze ans plus tard a permis au cinéaste de jouer avec leur caractère et leurs nouveaux besoins.

L’exercice de style consiste à leur créer une nouvelle vie en gardant leurs défauts.

«Voyez comme on danse» reprend les principaux personnages «d’Embrassez qui vous voudrez» mais en abandonne aussi d’autres: Vincent Elbaz, Lou Doillon, Denis Podalydès et Clotilde Courau ne sont pas présents au casting. Pour Michel Blanc, reprendre tous les personnages c’était mettre des barrières pour l’écriture du nouveau scénario. Il existe pas moins de dix-huit versions du scénario car le metteur en scène s’intéresse aux dialogues et aux mots utilisés. Il joue les répliques dans sa tête et ce sont elles qui font avancer l’action.

Michel Blanc avait envie de montrer son univers. Le bistrot italien où Véro déjeune avec sa fille est celui où il mange à midi et le burger et le bar à jus se trouvent à deux pas de son appartement parisien. Mais, à un moment du film, le réalisateur s’est senti le besoin de montrer autre chose. On devait comprendre que le personnage de Julien n’est pas aussi innocent qu’on pourrait le croire. C’est à Cabourg qu’il montre son vrai visage.

Michel Blanc n’a pas revu «Embrassez qui vous voudrez» lors de l’écriture du nouveau métrage. Il s’est basé que sur ses souvenirs et a demandé à ses acteurs d’oublier qu’il s’agissait d’une suite.

Cette comédie a été nominée au Festival du film francophone d’Angoulême en 2018. Beaucoup plus divertissante et dynamique que le premier volet, ce film vous réservera quelques jolies surprises et un bon moment de détente.

Le DVD ne contient en bonus que la Bande annonce du film.

Voyez comme on danse
Durée: 118 minutes
Réalisateur, Scénariste et Dialoguiste: Michel Blanc
D’après les personnages de Joseph Connolly
Producteurs: Maxime Delauney & Romain Rousseau.
Avec: Karin Viard (Véronique), Carole Bouquet (Lucie), Jean-Paul Rouve (Julien), Charlotte Rampling (Elizabeth), William Lebghil (Alex), Jacques Dutronc (Bertrand), Michel Blanc (Jean-Pierre), Sara Martins (Serena), Guillaume Labbé (Loïc), Jeanne Guittet (Eva), Émilie Caen (Laura).
Production: Les Films du 24, UGC & France 2 Cinema.
Praesens Film.

"Voyez comme on danse" : Une suite originale !
4.0Note Finale

A propos de l'auteur

Le cinéma est un lieu merveilleux, on y trouve de tout: des comédies (mon genre préféré), des films d'auteurs (que j'apprécie pour leur diversité), des documentaires plus ou moins passionnants, des blockbusters et d'autres types de films. Fan du cinéma français et des pays latins, j'en ai fait ma spécialité. Rédacteur depuis de nombreuses années, j'aime partager mes connaissances et découvertes. «Le cinéma est fait pour tous ceux dont la curiosité est le plus grand défaut» Claude Lelouch

Articles similaires