Le tunnel de base du Gothard est un chef-d’œuvre architectural, sa construction a été une aventure humaine incroyable, et ce documentaire n’arrive malheureusement pas à lui rendre hommage.


Le film propose deux récits enchâssés l’un dans l’autre. Le premier niveau est romancé : Martina Binz joue le rôle d’une journaliste, Barbara, probablement nommée ainsi en référence à Sainte-Barbe, la patronne des mineurs. Elle se déplace en train et va interviewer différentes personnes ayant eu un rôle plus ou moins important dans la construction du tunnel : des personnalités politiques, des ingénieurs, mais aucun mineur. La mise en scène est lourde et rallonge le film inutilement. Le deuxième niveau de récit est plus classique pour un documentaire : un narrateur y fait le récit chronologique de la construction du tunnel.


Pour un spectateur qui ne connaît rien de ce chantier, il y a bien trop de raccourcis et d’imprécisions, certaines séquences soulèvent finalement plus de questions qu’elles ne donnent de réponses. Mais, comme il est dit sur la jaquette du Blu-ray, ce film est pensé pour les « passionnés du chemin de fer et de la construction de tunnels », et ceux-ci trouveront leur bonheur grâce aux images incroyables tournées pendant des années par l’équipe de AlpTransit Gotthard SA, qui produit le film. Le spectateur est ainsi témoin privilégié des moments charnières du chantier, que ce soit les premiers et derniers percements, l’arrivée de matériel de pointe spécialement élaboré pour le tunnel, ou la pose de la dernière traverse.

En définitive, certaines personnes seront contentes de voir des images du chantier jusque-là inédites, mais le film n’a pas beaucoup plus d’attrait que ça.

Réalisé par Bruno Merlo et Claudia Steiner
Avec Martina Binz et Walter Sigi Arnold
Distribué par Impuls

« Barbara ne peut plus s’arrêter » : un documentaire médiocre pour parler d’un chef-d’œuvre
1.5Note Finale