1.6 C
Munich
jeudi, avril 18, 2024
- Publicité -

Bob Marley : One Love et un bel hommage aux « Wailers » et aux Marley

3 Petits Oiseaux, Un Amour et bien plus encore...

Laurent Billeter
Laurent Billeter
Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

Depuis l’excellente vague musicale sur fond de biopic avec « Bohemian Rapsody » en 2018, les biographiques du genre sur grand écran ont un certain succès. « Bob Marley : One Love » s’avère réussit et formidablement bien joué. Mais un peu trop lisse et gentillet.


Robert Nesta Marley, qui sera reconnu mondialement sous le nom de Bob Marley, s’investi beaucoup musicalement au sein de son pays, la Jamaïque. Sans jamais s’engager politiquement avec son groupe The Wailers, le prochain concert qu’ils organisent dans le but d’unifier son peuple et de diminuer les tensions. Toutefois, leur choix va changer le futur de leur vie et de leur famille respective. Car peu de temps avant l’événement musical, un groupe armé attaque les musiciens chez Rita et Bob. Malgré le choc et les blessures, le spectacle se maintiendra. Mais les membres en sont traumatisés et décident de quitter leur pays. Le racisme et la xénophobie entre Jamaïcain-e-s deviennent trop violents. Même pour Robert, victime de cruels actes depuis son enfance quant à son métissage. Ils s’installeront à Londres et depuis cette ville, leurs chansons seront reconnues à l’international. L’engouement du public par rapport à Bob Marley et Les Wailers est fort. En parallèle à sa prestation de chanteuse avec eux, Rita s’efforce de soutenir son mari, tout en étant une mère, femme et solide guerrière du 20ème siècle. Néanmoins, leur succès et idéologies vont brutalement s’arrêter au début des années 80. La maladie les rattrapera et fera malheureusement, des dégâts définitifs.

Cela fait de nombreuses années que plusieurs infructueux projets cinématographiques centrés sur Robert Nesta Marley tentèrent de se faire. Finalement, la production du film choisit par la famille Marley commença en 2021.

À la réalisation de « Bob Marley : One Love », Reinaldo Marcus Green (« La Méthode Williams ») qui collabora étroitement aussi à l’écriture avec d’autres scénaristes et au choix de la distribution en compagnie de la famille susmentionnée.

C’est justement ce casting qui porte incroyablement bien ce biopic. Surtout le formidable duo, soit Kingsley Ben-Adir (« Le Roi Arthur : La Légende d’Excalibur ») et Lashana Lynch (« Captain Marvel »). Interprétant respectivement, « Rita et Bob Marley ».

Une prouesse se percevant dès leurs apparitions au sein de ce film, et qui impressionne notamment grâce au dialecte soigneusement appris par le couple fictif. En plus, les costumes, décors naturels de la Jamaïque (ou ceux recréés), furent minutieusement reproduits afin de respecter au maximum la période de vie des Marley, sur grand écran.

Néanmoins et certainement à cause de pensées excessivement bienveillantes et occidentalisées, « Bob Marley : One Love » s’avère trop gentil et simpliste. Ainsi, la consommation de cannabis du groupe, très reconnue à l’époque, est à peine montrée et jamais le mot ne s’employa jamais.

En outre, la majorité des difficultés vécues par « Bob » et « Rita », sont fréquemment occultés. Leur biopic demeure donc plus « enjolivé » que « Rocketman », celui basé sur une grande partie de la vie du chanteur Elton John, par exemple.

Mais ces aspects un peu trop écartés, n’empêchent nullement le public fan, connaisseur-euse et amateur-trice ou même, découvrant « Les Marley & Cie » pour la 1ère fois, d’en apprendre davantage par rapport à cette partie de leur histoire.

Quant au mouvement rastafari, soit une croyance sociale, culturelle et spirituelle, il demeure plutôt bien expliqué. Le racisme et les violences entre habitant-e-s de la Jamaïque, sont dûment représentés, joués et filmés.

Musicalement, Kris Bowers (« Le Manoir hanté ») harmonisa à merveille cette réalisation. Des morceaux de sa composition à ceux des Marley ajoutés aux bons moments, il sera difficile pour les anciennes générations, de ne pas se remémorer d’excellents souvenirs liés au reggae mythique des années 70.

En définitive et même s’il aurait été plus respectueux d’engager des acteurs-trices de la Jamaïque, « Bob Marley : One Love » reste un biopic touchant, efficace et permet aux membres de la famille Marley encore en vie (dont Rita), de montrer un bel et incroyable héritage culturel, musical et paternel et maternel.

Bob Marley : One Love
USA – 2024
Durée: 1h47 min
Biopic, Drame, Musical
Réalisateur: Reinaldo Marcus Green
Avec: Kingsley Ben-Adir, James Norton, Lashana Lynch, Michael War, Umi Myers, Michael Gandolfini, Christine Roberts
Warner Bros. Switzerland
14.02.2024 au cinéma

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Publicité -