Doctor Strange in the Multivers of Madness, peut-on être heureux en tant que super-héros ?

A lire aussi

Laurent Billeter
Laurent Billeter
Le 7ème Art, pour moi c'est tout une histoire, Plus qu'une passion, qu'une grande occupation, D'Hollywood à Bollywood, De Michael Bay à Jean Marais, Je me complais dans ce milieu fabuleux.

Tout juste 20 ans après la fameuse et inoubliable trilogie de « Spider-Man » réalisée par Sam Raimi, le cinéaste et spécialiste de l’horreur, revient sur les devants de la scène avec un « Docteur » vraiment troublé et des rencontres qui le seront également…


Depuis plusieurs semaines déjà, Stephen Strange souffre de ses cauchemars intenses et parfois violents. Toujours semblable d’ailleurs… Et son savoir sur le mysticisme ou son collègue Wong, ne peuvent guère l’aider. Mais alors qu’il participe à une cérémonie, un brutal et inattendu incident va a jamais bouleversé sa vie. Peut-être même encore plus que son association avec les Avengers. Aidés d’anciens et de nouveaux alliés autant pratiquants la magie tout comme lui, leur chemin de traverse sera dangereux, voire mortel. Malgré son savoir, Strange surmontera d’innombrables souffrances et le dénouement final de son parcours, lui laissera des marques à vie.

En 2016 « Docteur Strange », le personnage créé par Steve Ditko en 1963, prend vie au cinéma. Sous la direction de Scott Derickson (« Snowpiercer »), le médecin qui devint l’un des plus puissants magiciens de l’univers devint connu du grand public notamment grâce à la performance de Benedict Cumberbatch (« Un espion ordinaire »), Rachel McAdams (« Spotlight ») ou encore Benedict Wong (« Gemini Man »).

S’il était prévu que le cinéaste tourne le 2ème opus de « Docteur Strange », il quitta finalement le projet pour des raisons probablement scénaristiques, mais resta producteur avec ce chapitre qui sorti dans les salles obscures 6 ans plus tard.

Bourré d’effets numériques très impressionnants, les spectateurs-trices vont embarquer en compagnie « Steven » dans son voyage dès les premières minutes. Fait important, si jusqu’à présent les genres « Marvel » contenait de l’humour, de l’action et du fantastique, avec cette adaptation des comics de Sam Raimi (« Ash vs. Evil Dead »), l’effroi et le dégoût de certaines scènes réussies s’associent aux autres ambiances.

Car oui, le style du metteur en scène se perçoit effectivement dès le début de « Doctor Strange in the Multivers of Madness ». Il en va de même par rapport au compositeur Danny Elfman qui revient 7 ans après sa très bonne bande-originale de « L’Ère d’Ultron ». Cette fois-ci pour sa part, il n’hésita pas à reprendre plusieurs titres de grands compositeurs en musique classique, et de les adapter avec des tonalités plus sombres, parfois proche de l’horreur (de manière positive).

Au niveau de la distribution, évidemment les personnages centraux reviennent comme annoncés officiellement. Il en va de même pour Elizabeth Olsen en tant que « Wanda ». D’ailleurs, la comédienne enchaîna les tournages entre la série de « Disney+, WandaVision », et « Doctor Strange and the Multivers of Madness ».

Officiellement et toujours par rapport au casting, de nouveaux protagonistes furent intégrés au sein de ce second volet. A commencer par la très intrigante et mystérieuse « America Chavez » incarnée par la jeune Américaine Xochilt Gomez (« Les Baby-sitters »). Ou le comparse de Sam Raimi, Bruce Campbell (« Ash vs. Evil Dead ») dont le rôle pourrait être amusant, ou au contraire davantage énigmatique, revient également pour le plus grand plaisir de ses fans.

Si les voyages du « Docteur » s’avèrent bluffants et que le scénario écrit par Michael Waldron (« Loki ») a certainement dû lui créer des sueurs froides à cause de tous les remaniements effectués ces derniers mois, « Doctor Strange in the Multivers of Madness » pourrait cependant, décevoir quelque peu les connaisseurs-euses et aficionados de l’univers du « MCU ». Pour plusieurs raisons, dont celle des explorations pouvant parfois embrouillées le public, mais surtout à cause des trop nombreuses spéculations et rumeurs (in) fondées de ces derniers mois.

Quoiqu’il en soit, « Doctor Strange in the Multivers of Madness » demeure spectaculaire, plein de rebondissements, post-générique compris, de références dignes de Sam Raimi et promet bien sûr, encore plus de folies pour les futures phases du « Marvel Cinematic Univers ».

Doctor Strange in the Multiverse of Madness
USA – 2022
Durée: 2h06 min
Action, Fantastique, Horreur
Réalisateur: Sam Raimi
Avec: Elizabeth Olsen, Benedict Cumberbatch, Benedict Wong, Patrick Stewart, Xochitl Gomez, Bruce Campbell
Walt Disney Switzerland
04.05.2022 au cinéma

- Publicité -

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

- Abonnement -
Abonne toi à Daily Movies
- Publicité -